Von Eckermann s’impose à Estoril

Longines Global Champions Tour.

En selle sur Ghota FRH, Henrik Von Eckermann remporte le GP du Longines Global Champions Tour d’Estoril devant Scott Brash et Luciana Diniz.

Cinq cavaliers se retrouvaient au barrage. Fort de sa victoire de la semaine passée à Monaco, l’américain Richard Spooner s’élançait en premier avec son indéfectible Cristallo. Un chrono des plus relevés, mais une faute sur un vertical les classe à la 4e place juste devant le jeune qatari Faleh Al Ajami Suwead qui effectue un beau GP avec son Zorro signé Z.

 

Si Scott Brasch trouvait le bon sans-faute avec Hello Sanctos, Luciana Diniz se devait d’aller chercher le meilleur chrono avec Winningmood.

Le tempo y était, hélas,  la victoire leur échappe pour une faute sur …Le dernier oxer. Mais le public ne cachait pas sa joie de voir une portugaise au podium.

Le britannique prend donc la seconde place derrière Von Eckermman qui plaçait l’ultime sans-faute en estocade. 

Après Philipp Weishaupt en 2012, le suédois succède ainsi à un autre cavalier de l’écurie de  Ludger Beerbaum . Celui-ci était également en seconde manche avec son Chaman, mais pour un 4pts au premier tour, il ne put prendre part au barrage.

Idem pour Bosty, seul rescapé français avec sa Myrtille Paulois. Déception pour le duo Staut, Leprevost. Pénélope et son Topinambour sortent à 10 pts pour une faute sur le N°1 et un refus bien inopiné sur le dernier vertical Longines. Pour Kevin, l’entame ne fut pas meilleure avec une faute sur le premier muret dont Estoy Aqui de Muze HDC ne trouvait pas la conception suffisamment solide. Ensuite encore trois fautes par-ci par là et le n°1 français sortait de piste avec un GP d’Estoril qui ne restera pas dans les meilleurs souvenirs du couple tricolore.

Déception aussi, mais d’un autre niveau pour le britannique William Funnel qui était encore de la partie ce soir avec son Billy Congo qui signe un nouveau double sans faute sur les barres mais un point de temps dépassé en seconde manche . Rageant, mais sans doute pas aussi frustrant que la chute de sa compatriote Laura Renwick. Pour une fois, son Oz de Breve ne la suivait pas dans sa distance et déposait soudainement  sa cavalière dans la dernière foulée d’un vertical. Fort heureusement , plus de peur que de mal  pour la cavalière britannique qui rejoignait à pied (sans boiter mais  un peu dépité) son bon cheval qui avait « Ozé  » la faire tomber.

Les résultats complets ICI