Pieter Devos gagne le Grand Prix Rolex à Calgary

 Le doublé belge!

Pour la deuxième année consécutive, c’est un cavalier belge qui remporte le GP du très convoité tournoi de Spruce Meadows. Après Olivier Philippaerts et Cabrio Van de Heffinck l’an dernier, c’est Pieter Devos qui s’impose cette année en signant l’unique double sans faute de cette avec sa délicieuse Candy.

Sans faute sur les barres, mais avec un petit point de temps dépassé en première manche, Steve Guerdat devait se contenter de la seconde place avec Nasa.

Encore une très belle performance de Pénélope Leprevost qui prend cette fois la troisième place au podium pour un 4 Pts au dernier tour avec Nayana.

Après une journée orageuse et des pluies diluviennes, le terrain en herbe n’avait eu guère le temps de trop sécher, mais le parfait drainage permettait à la quarantaine de qualifiés d’évoluer avec plus ou moins de sérénité sur le délicat parcours de ce Grand Prix Rolex.

Plus ou moins, car au-delà des affres de la météo, certains cavaliers devaient faire face à bien des délicatesses pour parvenir au sans-faute.

La première manche fut déjà très sélective et l’on vit quelques bons espoirs disparaître sans trop de réussite. Si Eugénie Eugénie Angot nourrissait des regrets suite à son désistement pour cause d’érythèmes aux paturons de son Old Chap Tame, Kevin Staut préférait s’arrêter à mi-parcours suite aux fautes accumulées avec la jeune Estoy Aqui de Muze Hdc . Marc Dilasser aurait quant à lui mérité un peu plus de réussite, car son parcours avec Obiwan de Pilière méritait sans doute mieux que le 4 Pts occasionné sur l’une des délicates combinaisons. Parti parmi les premiers, Dilasser n’avait que bien peu d’infos sur le tracé et si d’autres cavaliers à 4 Pts se retrouvaient en seconde manche, son chrono légèrement supérieur le privait d’un second tour. Déception encore plus affligeante pour Gerco Schroder qui misait sans doute sur un podium avec son fabuleux London. Une entame de parcours  irréprochable qui ne laissait pas auguré un tel score. Après une action trop ferme sur les rênes de son olympique étalon à l’abord de la dernière combinaison, le champion hollandais essuyait un refus puis quelques barres pour terminer son parcours avec 11 points dans la musette.

Devos, le meilleur de la douzaine !

Ils ne furent plus que 12 à prendre part à cette seconde manche et c’est Roger-Yves Bost qui reprenait le rôle d’ouvreur avec Nippon d’Elle (4 Pts au 1er round). Alors que l’on pensait l’étalon normand revenu dans le droit chemin, Bosty se retrouve une nouvelle fois éliminé à l’entrée d’un triple. Une immense déception pouvait se lire sur le visage du nouveau champion d’Europe qui rejoignait dépité, la sortie de piste .

Déception aussi, mais avec bien plus de secousses, pour Ian Milard qui après un échauffement au paddock visiblement mouvementé, entamait avec bien peu de sérénité ce nouveau tour de piste tracé par Werner Deeg. Emporté par les affres de son Dixon, le multiple médaillé olympique en perdait même ses lunettes et malgré son opiniâtreté, le Canadien dut renoncer à la fin du parcours.

L’irlandais Shane Brean et le Belge François Mathy n’eurent guère bien plus de réussite et c’est sur des scores assez lourds que ces deux rescapés du premier tour terminaient l’épreuve du Grand Slam.

Avec l’entrée en piste d’Éric Lamaze, les quelque 30,000 spectateurs rassemblés autour de la grande piste de Spruce Meadows s’en donnaient à coeur joie. Sans faute sur les barres, mais pénalisé d’un point au chrono au premier tour de Power Play, le québécois essayait de s’en sortir au mieux en assurant son parcours. Mais là encore, les combinaisons jouaient les juges de paix et c’est avec 9 points supplémentaires que le champion canadien rejoignait le paddock.

Un chassé-croisé olympique, avec le Suisse Steve Guerdat qui entrait en piste sur la grise Nasa. Sans faute au premier tour, Steve Guerdat s’assurait le second parcours avec une certaine marge, mais le chrono allait les pénaliser d’un point de temps dépassé, laissant ainsi tous les meilleurs espoirs à ses poursuivants.

Résolument déterminé à briller sur les terres d’érables de la propriétaire de la grise Cella, le Britannique Ben Maher n’avait pas hésité à engager sa monture sacrée vice championne d’Europe quinze jours auparavant. Avec une jument bondissante à souhait, le cavalier de l’Essex perdait un peu le contrôle pour conclure son ultime parcours avec 8pts au compteur.

Beezie Madden se voyait sans doute aussi pouvoir réaliser le doublé avec Simon. Vainqueur du GP en 2010 sous la selle de Jeroen Dubbeldam, le hongre hollandais avait littéralement survolé la première manche, laissant entrevoir les marches du  podium à la championne américaine . Mais là encore la déception fut de mise et avec une faute et un peu de temps dépassé, le duo termine à la 6e place.

Les Allemands n’eurent guère plus de réussite avec Christian Ahlmann et Patrick Stuhlmeyer qui pour 4 Pts chacun se classent respectivement à la 4e et 5e place. On relèvera tout de même la bonne prestation de Patrick Stuhlmeyer qui avec un premier tour sans faute avec l’étalon Lacan ( 10 ans par Lando x Contender). Un jeune étalon pétri de moyen et dont la sensibilité ne semble pas être un souci pour le cavalier de 23 ans. Sans doute un couple en devenir.

 Steve Guerdat tenait encore les débats quand, en avant dernier concurrent, Pieter Devos entrait en piste avec Candy (11 ans par Nabab de Rêve). Pas plus impressionné qu’au premier tour, le cavalier belge de 27 ans menait idéalement la jument des écuries de Brabander au double sans faute pour au minimum une seconde place au podium .

Ne restait plus que Pénélope Leprevost pour prétendre à la victoire . Nayana était à la hauteur de l’évènement, effaçant avec aisance les plus grosses difficultés? Il ne restait plus que deux obstacles à franchir pour y arriver, mais malheureusement, la palanque noire fut fatidique et Pieter Devos laissait déjà exploser son bonheur en bord de piste.

Troisième, mais sans doute un peu déçu pour avoir échoué si près du but, la Française peut tout de même être fier de ses performances à Calgary avec en prime une victoire en GP jeudi et la meilleure prestation de l’équipe en coupe des nations avec Dame Blanche. De quoi maintenir les bonnes relations avec la famille Megret qui aura sans doute encore d’autres occasions de vibrer lors des prestations de sa cavalière.

Le CSIO de Genève accueillera la prochaine étape du Grand Slam Rolex. Nous serrons alors proche des fêtes de Noël, mais les dotations que l’on annonce encore des plus relevées ne se trouveront pas justes au pied d’un sapin. Nul doute que pour cette troisième étape qui aura lieu cette fois  en indoor, on peut s’attendre encore à un grand moment de sport !

 

 

Les résultats complets du GP Rolex de Spruce Meadows ICI