Coupe des nations: La France gagne la finale

 

À l’issue d’une finale palpitante, l’équipe de France remporte  la première édition de la Longines Furussya FEI Nation Cup. Méritant jusqu’au bout de leurs efforts, les brésiliens prennent la seconde place pour un petit point de plus que les français.

  L’Irlande fait une très belle remontée pour s’octroyer la 3e place en devançant au chrono le score identique à 12 Pts des néerlandais qui terminent ainsi malheureusement au pied du podium.

Une victoire française  qui n’aura donc pas manqué de suspens puisqu’il fallut attendre l’ultime passage du dernier cavalier brésilien , en l’occurrence Alvaro de Miranda, pour connaitre le nom des vainqueurs. Un ultime tour sous pression pour le Carioca   qui le menait à la faute avec son Bogeno. Une petite erreur qui hisse le groupe tricolore au sommet du podium, soulageant ainsi un peu l’amertume de Pénélope Leprevost qui en ultime cavalière du groupe, fut malheureusement fautive dès le N°1 avec Nayana. C’est Aymeric De Ponnat qui assure le seul sans faute tricolore de cette finale, prouvant ainsi que sa place au sein de l’équipe valait bien des efforts. Patrice Delaveau et Simon Delestre se retrouvaient un peu piégés dans la même diagonale. Le premier fautait sur la Spa avec Orient Express HDC alors que le second se retrouvait un peu emmené dans son galop avec le jeune Qlassic Bois Margot. Mais tous deux n’auront pas à rougir de leurs parcours et la prestation d’ensemble augure là aussi de très bons espoirs.

Après la médaille d’or européenne de Bosty, le capitaine Philippe Guerdat  savoure cette fois une victoire en équipe. « Cette victoire est avant tout celle d’un groupe. Ceux qui étaient là ont superbement tenu leur rôle, mais je veux aussi saluer ceux qui nous on permit d’atteindre cette finale,à commencer par Kevin et Bosty, mais aussi tous ceux qui ont courus sur le circuit cette année pour nous permettre d’être là… Bravo à tous! »

Cette finale barcelonaise ne manquait pas de candeur avec une dotation record  d’un million et demi d’euros (dont 500,000€ à la l’équipe gagnante) et les difficultés techniques furent à la hauteur des forces en présence. -« D’un niveau olympique! » diront même certains à l’issue de la reconnaissance du parcours érigé par le chef de piste espagnol Santiago Varela. Un tracé semé d’embuches avec une dernière ligne sur un triple, suivit à 6 foulées, d’un vertical qui allait encore puiser dans les ultimes ressources.

De quoi causer bien des déboires, à l’image du team britannique qui après s’être qualifié avec brio pour cette finale, termine en bon dernier au classement.

Alors un grand coup de chapeau encore aux brésiliens qui, malgré la jeunesse du groupe , parviennent à flirter avec la plus haute marche du podium, promettant ainsi à leurs adversaires de prochaines retrouvailles émérites. C’est d’ailleurs sur un large sourire que leur chef d’équipe, Jean Maurice Bonneau avouait ( tout en saluant largement la victoire française chère à son coeur) sa satisfaction de voir son groupe au podium. – » On a manqué d’un brin de réussite, mais franchement, je n’ai rien à reprocher à mes gars … »

Cette première édition de la coupe des nations version Furussiiya aura donc souri aux français, laissant bien des regrets à d’autres nations qui n’auront pourtant pas manqué de mérites tout au long de la saison.

Leader des sélections, les suisses auraient bien mérité d’être en finale et les allemands qui croyaient en leur bon droit en boycottant l’étape de St Gall furent aussi les grands absents du moment .

Mais comme le veut l’adage, les absents ont toujours tort. Alors, saluons encore ce bon moment de sport que nous ont offerts tous ceux présents depuis vendredi pour disputer cette palpitante finale de la coupe des nations 2013 

Les résultats complets ICI