Hubert Bourdy est décédé.

IMG_0349

 

C’est le genre de nouvelle que l’on sait inévitable, mais que l’on aimerait ne jamais avoir à écrire.

Hubert Bourdy, grand champion de CSO et marchand de chevaux tout aussi redoutable, est décédé cette nuit des suites d’un cancer.

Âgé de 57 ans, il se savait condamné, mais comme toujours, il a fait comme si…

Croquant la vie comme un gamin dans une friandise trop sucrée, ce natif de l’Aube  ne s’est jamais posé trop de questions.

Un fonceur entreprenant, qui ouvrait sa première écurie de propriétaires à 18 ans tout en persévérant dans sa discipline de prédilection que fut le saut d’obstacles.

Un gout de la compétition qui le menait jusqu’aux plus grandes épreuves internationales avec deux médailles de bronze par équipe aux J.O de Séoul et Gijon.

Comme le chantait Brassens, des amis, il en eut beaucoup… Des copains de virées, aussi mémorables que les lendemains de soirées après lesquelles on se réveillait avec une tête aussi chargée que le camion rempli de chevaux qu’il venait d’acheter.

Mais il y a les potes et les amis. Ceux-là, qui comme toujours, se comptent sur les doigts d’une main.Du coin d’Aix ou d’un canton helvétique, ces quatre ou cinq ne t’oublieront jamais.

Pour eux, comme pour sa famille, ses proches, ses potes et tous ceux qui un jour ou l’autre l’ont côtoyé de près, Hubert restera gravé dans les mémoires comme un sacré phénomène.

Beaucoup d’entre nous pensent aujourd’hui que la mort vient de lui épargner bien des souffrances. Sans doute, mais la peine n’en est pas moins profonde.

En pensant à lui, j’ai la vision de son sourire malicieux, un clin d’œil derrière ses rondes lunettes, la voix rauque bleutée par ses gitanes.

Nombreux furent les chevaux qui entourèrent ta vie. Ton Ève venait des Etisses et la Razzia du Poncel. D’autres furent aussi Morgat… de toi.

D’un statut Olympic tu en garderas  La Croix…

Alors des âmes en peine, il y en aura beaucoup et des quatre coins de la planète, des souvenirs de toi surgiront.

Je laisse le soin aux plus vénérables (et t’en connais…) d’honorer ta mémoire.

Salut Bourdy, mais je n’ose à peine dire -repose en paix…-

Pour sur, tu vas encore tirer sur la couenne du Bon Dieu !

 

C.G. pour jumpinews.com

30 réflexions sur « Hubert Bourdy est décédé. »

  1. je viens d e lire les hommages, je ne connaissais pas ce Mr une de mes filles qui fait du cso l’a peut être rencontré, mais c’est triste de partir si tôt,cette maladie, quand la disparaitra t elle toutes mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches

  2. nous l avons suivit qq années quand il montait Toulon , nous étions admiratifs du personnage , il est parti bcp trop tot
    si son décés pouvait donner une grosse gifle a tous les cavaliers qui fument, je crois qu il en serait ravi
    bonne continuation grand homme , chevaux et nous penseront tjrs a toi michel de Waremme

  3. Que de souvenirs de tes débuts!!! le Cercle Hippique de Champagne avec Victorieux…;Lagesse..respect Hubert!!

  4. Triste nouvelle pour un grand homme de cheval qui avec une maladie c’est éteint terrible comme destin et pourtant Hubert bourdy a été le meilleur longtemps pour l’équipe de France et je remercie guy Martin de m’avoir annoncé cette information au csio de la baule a table le dimanche pendant le grand prix

  5. Nous avons eu la joie intense de le revoir grâce a equidia.
    Un Monsieur.
    Un phénomène.
    C’Est injuste.
    Salut Hubert.

  6. Galope sereinement , sautant d’un nuage à l’autre sans chrono ni barrage que tu as su si bien affronter et combattre. Que de parcours exemplaires , que de beaux souvenirs … Merci de nous avoir fait vibrer pendant bien des années. Ta simplicité, ta spontanéité et ta gentillesse ont laissé en Suisse de magnifiques souvenirs. RIP

  7. Au revoir, respect pour ce grand homme de cheval, self made man, intelligence aiguë, finesse et force,admiré et envié, l idole de toute une génération de cavaliers, et modèle pour pas mal de marchands!

  8. Hubert,
    copain de jeunesse, à ton tout début, dans les années 1976, le jeune passionné, sur ces chevaux fougueux qui te mettaient droit debout et avec patience, courage et hargne, tu arrivais à les dresser et les faire concourir. Cette écurie de l’Aube, où tu passais tes journées et nuits; ton extrême gentillesse et écoute; les soirées entre copains qui étaient toujours la fête.
    Le hasard provoqué par ma fille Bertille qui un jour t’a adressé un mail,nous a permis de reprendre contact après 30 ans. Toujours le même au téléphone, spontanéité, gentillesse, vivacité. Elle, aussi passionnée d’équitation, me rappelle tes comportements et ton acharnement de tes jeunes années
    Est ce ta cigarette, compagne quasi permanente qui fut ta pire ennemie ?

    Un simple au revoir à l’homme passionné, ayant su persévérer chaque jour pour atteindre les résultats que tu as obtenus. . Quel bel exemple, envers et contre tout, ayant démarré dans ce métier avec simplement ta jeunesse,ta passion,ta volonté,ton courage et le dépassement de toi,sacrifiant beaucoup de ta vie personnelle
    Tu nous laisses de très belles images de la Vie
    Que Dieu te protège.

  9. C’était l’époque Caron, Godignon, Navet, Robert, Nicolas, Rozier, la fin de carrière de Pierre Durand.
    Tous les weeks-ends on se retrouvait ici où là, en France ou à l’étranger. La journée c’était les parcours, les questions qui restaient toujours plus ou moins sans réponse, soldées à bon compte par une pirouette. Le soir on buvait des coups, on n’abordait jamais les sujets sérieux, il n’y avait bien qu’Eric Navet pour être déjà rigoureux. Hubert, lui, il clopait et ne crachait pas sur un verre, l’oeil rigolard, la vanne à froid qui tapait toujours dans le mille.
    Il encaissait les coups durs sans broncher (la « restitution » de Morgat, le départ de Minou…), n’étalait pas sa peine, cultivait le secret dans l’habit du mec qui n’a rien à cacher.De temps à autre, il sortait un gros lapin de son chapeau : et hop, je récupère Razzia pour les Jeux, tout juste rafistolée pour faire les deux parcours qui donneront la médaille française. Du Hubert.
    Il n’y avait pas moyen de lui soutirer une info, d’obtenir un explication. J’aurais dû lui en vouloir, mais comme tout le monde, j’adorais sa compagnie, légère et drôle.
    Il ne te disait jamais « j’ai perdu mon permis », mais plutôt « j’ai pris un chauffeur ».
    Il a dû acheter un spot dans un endroit couru : paradise.
    Salut Hubert
    Nathalie

  10. Magnifique hommage pour un si grand cavalier. La vie est trop injuste. Toutes mes pensées pour ses proches.
    L’equitation perd un grand champion…

  11. Un grand homme de cheval parti trop tôt.
    Toujours prêt à partager, échanger…

    Une pensée à sa famille et ses proches dans ce triste moment.

  12. Un grand homme de cheval vient de nous quitter! il en a fait rêver plus d’un, un homme si talentueux.
    Un homme simple, toujours prêt à échanger, partager.
    Une pensée à sa famille et ses proches dans ce triste moment.

  13. Très bel hommage.
    J’ai eu la chance de faire équipe avec Hubert Bourdy quand il n’avait que 20 ans et moi 17 ans et qu’il montait un cheval incroyable » Un Prince C » ( si j’ai bonne mémoire). Il avait un mordant et une rage de gagner incomparable, mais avec toujours beaucoup de fairplay et de respect pour son cheval.Un homme de cheval incroyable. Le monde équestre perd une personne de qualité.
    Condoléances à sa famille et ses proches.

  14. toutes mes condoléances à ses proches, une bonne personne sympathique et humble, je l’ai souvent croisé dans les cso en Provence et mon oncle Olivier Farges, lui aussi cavalier l’a bien connu, il est décédé également, il y a 3 ans, malheureusement.

  15. Un bel article pour rendre hommage à ce grand champion qui nous a mis des étoiles plein les yeux lorsque nous étions enfants … Courage à ses proches ..

  16. Triste nouvelle! Parti trop jeune! J’ai eu l’occasion de faire sa connaissance sur un terrain de concours en Auvergne, c’était un homme sympathique, un passionné. L’équitation perd un grand champion!

  17. Triste nouvelle! Parti trop jeune!!! J’ai eu l’occasion de faire sa connaissance sur un terrain de concours en Auvergne, c’était un homme sympathique, un passionné. L’équitation perd un grand champion!

  18. Nous venons d’apprendre la très triste nouvelle concernant Hubert.
    Igor, moi et toute ma famille sommes extremement bouleversés.
    Hubert nous a fait rèvé pendant tant d’années. il a tout appris à Igor et en a fait un grand cavalier.
    Il nous a fait rire, beaucoup, pleurer, un peu.
    Nous ne l’oublierons jamais.
    Il restera dans nos coeurs pour toujours.
    Claudine KAWIAK

  19. Je suis tellement triste. Je l ai connu à ses debuts qd je sortais moi même en cso.bien des choses a sa famille

  20. Un très bel article, pour un homme de cheval et de coeur…
    Ciao l’Artiste…

  21. Hubert: un grand talent, un des meilleurs cavaliers mondiaux, un homme intelligent, blagueur, business man… Il a préféré vivre moins longuement mais intensément . Respect Monsieur l’artiste ! Avec toi, le paradis sera drôle et encore plus sympathique !! Bon voyage l’ami

Les commentaires sont fermés.