Antidopage: Trois chevaux suisses positifs

Steve Guerdat & Nino des Buissonnets

Steve Guerdat et Alessandra Bichsel suspendus

Deux chevaux de Steve Guerdat, Nino des Buissonets et Nasa, se sont avérés positifs aux contrôles antidopage pratiqués lors du CSIO de La Baule.

Il en va de même pour Charivari KG, le cheval de la jeune cavalière helvétique Alessandra Bichsel, contrôlé lors du CSIO-Y de Deauville.

En raison de cas semblables déjà identifiés par le passé, La FEI parle toute foi d’une possible contamination externe et involontaire, mais la fédération internationale a tout de même suspendu les deux cavaliers suisses!

Suspension provisoire mais ô combien invalidante!

À la suite des prélèvements effectués sur Nino des Buissonnets, les échantillons ont révélé la présence de codéine, d’oripavine ainsi que des traces de substances médicamenteuses de morphine. Les tests ont été effectués le jour de la victoire de Nino et Steve dans le GP de La Baule.

Concernant Nasa (3e du derby de La Baule), les tests ont détecté la présence de codéine et de morphine ainsi que des traces d’oripavine. Cette dernière substance n’étant qu’infime,elle ne peut dès lors être considérée comme positive aux tests.

Concernant Charivari KG, le cheval de la jeune cavalière helvétique Alessandra Bichsel, les tests effectués lors du CSI-Y de Deauville (7/10 mai) se sont également avérés positifs à la Codéine, à  l’Oripavine et aux substances médicamenteuses à base de morphine.

En raison de ces différents résultats, la FEI à mise en place à compté du 20 juillet une suspension provisoire de compétitions pour Steve Guerdat et Alessandra Bichsel et une interdiction sportives de 2 mois pour les trois chevaux incriminés.

Conformément au règlement de la FEI, les cavaliers sont au même niveau que les propriétaires , civilement responsables des chevaux. À ce titre, ils peuvent faire la demande d’une audience auprès du Tribunal de la FEI et ainsi demander la levée des sanctions provisoires à leur encontre dans l’attente des analyses des échantillons B. 

Une forte probabilité de contamination externe.

Comme l’indique la FEI dans son communiqué de presse, plusieurs cas de telles combinaisons médicamenteuses ont déjà été constatés par le passé et la probabilité d’une contamination externe ( alimentation, produits de soins, fourrages…) est fortement envisageable.

L’oripavine est un dérivé déméthylé de la thébaïne qui est, comme la morphine et la codéine, un alcaloïde de l’opium. Ces substances sont notamment métabolisées lors de la digestion de graines de pavot.

En raison des possibles contaminations via cette plante souvent présente dans les compléments alimentaires ou le fourrage, la FEI avait retiré en 2013 la morphine de la liste des substances bannies pour l’inscrire dans celle des substances médicamenteuses contrôlées. La codéine n’en fait pas encore partie, mais elle devrait intégrer cette seconde liste dès 2016.

Aucun acte volontaire n’est évoqué même si ce genre d’affaire sème souvent le doute. La fédération suisse n’a pas manqué de communiquer rapidement sur le sujet afin d’éviter bien des ragots. On ne peut que la féliciter.

Alors gardons-nous bien de tout jugement hâtif et laissons les recours au bénéfice du doute.

 Source: FSSE et FEI