Beezie Madden remporte le Grand Slam Rolex à Calgary

(©Photo : Rolex Grand Slam / Ashley Neuhof)

Première victoire dans le Grand Chelem pour la meilleure cavalière au classement mondial.

En écopant que d’un point de pénalité pour temps dépassé, Élisabeth Madden et son bondissant Darry Lou remportent le très délicat GP de Spruce Meadows, étape canadienne du Grand Chelem Rolex, devant Rowan Willis sur sa Blue Movie et Max Kuhner, 3e avec le gris Chardonnay.

Pas de doublé pour Kent Farrington, vainqueur de l’étape d’Aix La Chapelle qui écope d’un 4 pts en première manche avec sa Gazelle.

En complicité avec son génial petit alezan, Beezie Maden (n°6 mondial de la Ranking FEI) réalise l’unique double sans faute de ce grand prix particulièrement fautif dont Rowan Willis crée la surprise en s’emparant de la seconde place en ne commettant qu’une seule erreur en seconde manche avec son anglo dénommée Blue Movie.

Une performance qui permet également à l’Australien de décrocher sa qualification pour les prochains J.O.

Max Kuhner prend la troisième place au podium en totalisant 5 points avec son gris Chardonnay qui devance au chrono François Mathy Jr, 4e pour une faute en entré de jeu du second round.

Après une météo digne d’un bel été indien, le GP dominical subissait les affres d’une météo bien plus fraiche et surtout humide, laissant certains cavaliers dans le doute quant à la qualité du terrain en herbe sur lequel allait se disputer cette étape canadienne du challenge Rolex, même si le personnel de piste s’efforçait de maintenir au mieux l’ensemble de la piste.

Il faut dire qu’au vu des difficultés techniques et des cotes relevées lors de la reconnaissance du parcours, le doute était permis, d’autant que le chef de piste Leopoldo Palacios n’allait pas ménager les efforts en incorporant aux combinaisons à 1,55m, des distances très courtes.

Des quarante-huit qualifiés, trois n’allaient pas prendre le départ et quatre préféraient abandonner.Un bon tiers allait ensuite écoper trois faute et un autre tiers terminait avec au moins huit points dans l’escarcelle.

Des 12 encore en lice pour la seconde manche, ils ne furent que huit sans faute et trois pénalisés d’un point de temps dépassé.

Si le public appréciait alors les parcours des rescapés, il n’eut d’yeux que pour son cavalier favori, à savoir Éric Lamaze. Dernier à s’élancer dans ce deuxième round, le canadien tentait le maximum pour devancer Beezie Madden. Mais dans sa chasse au temps, le montréalais poussait sa Fine Lady à la faute, concluant à la 5e place avec 8 points dans l’escarcelle. Double vainqueur de ce GP avec son fameux Hickstead, Éric Lamaze aurait bien aimé rajouter encore une fois son nom au sommet de Spruce Meadows. S’il échoue dans sa quête, on ne peut toutefois que s’incliner respectueusement devant cette nouvelle performance d’Éric Lamaze qui au-delà de ses délicats soucis de santé aura une nouvelle fois fait briller le rouge de la feuille d’érable du drapeau national.

Pour Beezie Madden, cette première victoire dans le Grand Chelem Rolex en fut d’autant plus émouvante.

«  Darry Lou m’a tout donné. Il est vraiment génial ce petit alezan et s’imposer ici, sur une telle piste avec de tels adversaires, c’est vraiment merveilleux. Une victoire est toujours un plaisir, mais gagner ici, devant un tel public, c’est vraiment exceptionnel. Je pensais qu’Eric allait me devancer au chrono, mais le tracé n’était vraiment pas facile et j’ai préféré assurer un peu les trajectoires. L’ambiance ici est superbe. Certes, le public a cru en son cavalier et c’est tout à fait normal, mais j’ai aussi remarqué que les gens étaient vraiment fans de Darry Lou. C’est vrai qu’avec son allure de poney, il est craquant. Mais c’est avant tout un super cheval de compétition. Il se donne à fond sur un parcours et si je ne commets pas d’erreur, le sans faute est au bout de ses sabots. Je n’avais pas vraiment mis Genève sur mon programme, mais avec cette victoire, je pense qu’on va tenter une autre étape du Grand Slam Rolex. Outre les gains, c’est vraiment un challenge exceptionnel. Gagner une étape, c’est top, mais relever le défi du Grand Slam, ou au moins une partie serait génial… »

Suite au prochain épisode à Genève, où nul doute que les deux malchanceux suisses, Steve Guerdat (9e pour 3 fautes en seconde manche avec Venard du Cerisy) et Martin Fuchs (fautif sur l’ultime obstacle de la première manche que son malicieux Clooney s’était subitement mis en tête d’éviter) auront à cœur de briller devant leur public.

Les résultats complets ICI