Grand Prix de La Baule

Nicolas Delmotte devance Laurent Goffinet!

Superbe victoire de Nicolas Delmotte qui remporte son premier Grand Prix du CSIO de La Baule. En selle sur Urvoso du Roch, le cavalier nordiste rend une nouvelle fois honneur aux couleurs roubaisiennes de Marie Claudine Morlion, sa discrète, mais non moins dévouée propriétaire.

Une victoire étincelante pour ce duo d’exception qui, après une première manche de grande qualité, mettait la pression sur leurs poursuivants en réitérant un nouveau sans faute bien relevé.

Nouveau sans faute pour URVOSO DU ROCH et NICOLAS DELMOTTE Nicolas©PSV

« J’ai un peu de mal à réaliser, mais je suis vraiment très heureux. C’est très important pour ma propriétaire Mme Morlion qui me suit depuis des années. Gagner ici au CSIO de France, devant le public Français me fait très plaisir. ça fait du bien de retrouver nos supporters. Je sens que mon cheval a passé un cap depuis quelques semaines. J’ai plus de points de repère, je suis serein et nos parcours sont très fluides. c’est très satisfaisant. »

Egalement en pleine ascension vers les plus belles performances, c’est un autre couple français qui vient s’octroyer la deuxième place de ce grand prix baulois. En selle sur Atome des Etisses, Laurent Goffinet, en vrai renard normand, réussit l’ultime double sans faute, plaçant ainsi la bannière tricolore aux deux premiers rangs du stade François André.

« ça faisait quatre ou cinq ans que je n’étais plus venu concourir à La Baule, et je suis très heureux d’être de retour. En ce moment mon cheval monte en puissance. Je suis souvent deuxième dernièrement, mais ça ne me gêne pas si c’est pour être derrière un cavalier comme Nicolas. Jeudi, j’ai senti mon cheval vraiment bien après l’épreuve. Nous avons fait le choix avec Thierry Pomel de le préserver pour le Grand Prix d’aujourd’hui et ça a payé. »

C’est un Suisse, et non des moindres, qui vient ajouter son nom au podium. En terminant le parcours en 44’41 s avec Leone Jei, Martin Fuchs réalise le meilleur chrono avec son nouveau crack, mais dans sa quête du meilleur chrono, le Zurichois commet une faute qui l’empêche de s’imposer.

« C’est un week-end formidable, j’ai amené 2 jeunes chevaux qui ont tous les deux performé de manière extraordinaire. C’étaient des beaux parcours, merci au chef de piste. On avait 6 sans-faute, ce n’était pas beaucoup, mais il y a eu beaucoup de cavaliers entre 1 et 4 points. Le chef de piste a vraiment très bien construit son parcours. Toute l’équipe Suisse trouve que l’organisation de La Baule est exemplaire et nous souhaitons prendre exemple sur vous pour Saint-Gall. »

Steve Guerdat n’aura une nouvelle fois pas démérité ce week-end. Bien que profondément bouleversé par la disparition prématurée de sa jument Bianca ( tumeur céphalique) le jurassien place encore Albfuheren’s Maddock au 9e rang

Steve Guerdat

Retour au sommet également pour l’irlandais Bertram Allen qui signe un bon grand prix en prenant la 4e place avec Harley VD Bisschop .

Moins célèbre que ses compatriotes Nael Nassar ou Abdel Saïd, Mouda Zeida signe de belle manière son entrée dans le gotha des meilleurs cavaliers mondiaux en plaçant brillamment les couleurs égyptiennes au palmarès de La Baule en assurant une belle 5e place avec son bondissant Galantos SHK.

En chef de piste dévoué au CSIO de La Baule, Frédéric Cottier aura une nouvelle fois érigé de superbe parcours.

« Chaque chef de piste a sa signature. En ce qui me concerne, j’aime proposer des parcours fluides et j’essaie au maximum de ne pas mettre les chevaux à l’effort. Cette année, on a eu de très bonnes conditions sportives. La piste était très bonne ni trop sèche ni trop grasse. Un chef de piste est un scénariste et il lui faut des acteurs au rendez-vous tout le week-end. Ce sont eux qui font le sport. »

On relèvera que malgré les contraintes sanitaires encore imposées, les organisateurs du CSIO de La Baule on réussit à maintenir une très grande qualité d’accueil tant au niveau des cavaliers que du public malgré tout bien présent pour cette soixantième édition.

« Dans ce contexte si particulier, je suis fier que l’équipe ait pu organiser cette magnifique édition, qui a su tenir toutes ses promesses. Rendez-vous l’an prochain qui, j’en suis sûr, réunira une nouvelle fois les meilleurs de la discipline ! » relève encore avec fierté Pierre de Brissac, président du concours

Les résultats complets ICI

Info jumpinews et selon communiqués