fbpx

Martin Fuchs. Prince de Bâle

Grand Prix Coupe du Monde

Martin Fuchs et Clooney ont mené la danse à Bâle ©foto by Chris GERHARD

Vainqueur du GP du CSI5* de Bâle 2018, Martin Fuchs s’y impose à nouveau cette année avec Clooney en remportant cette fois le Grand Prix nouvellement estampillé Coupe du Monde!

Pourtant, cette étape bâloise ne fut pas des plus simples puisque des 40 engagés, seuls trois parvenaient sans faute jusqu’au barrage.

Un parcours relevé!

Pour élaborer son parcours, le chef de piste Frank Rhotenberger n’a une nouvelle fois pas lésiné ( ni sur les cotes, ni sur les distances) en ne laissant que 68 secondes aux cavaliers pour boucler son tracé de 420 m échelonné par 13 obstacles, dont un double et un triple, soit 16 efforts.

Le chrono fut d’ailleurs fatidique pour quatre d’entre eux. Après avoir effectué un superbe parcours avec Loro Piana Filou de Muze, Lucia Le Jeune Vizzini en fut malheureusement la première victime. Idem pour Edourado Alvarez Aznar avec son bondissant Rokfeller de Pleville Bois Margot, ainsi que pour Nadja Peter Steiner avec Saura de Faucombe et pour Gudrun Patteet avec Sea Coast Pebbles Z.

Marc Houtzager et Calimero. Les premiers sans faute! ©foto Chris GERHARD

Vingt-deuxième à s’élancer avec Sterrehof’s Calimero, Marc Houtzager parvenait enfin à afficher un sans faute au tableau central.

Dans la foulée le sans faute du belge Pieter Devos et son bien nommé Apart rajoutaient de l’attrait à l’épreuve en bouclant parfaitement leur tour, redonnant par la même d’en voir d’autres !

Silence dans la salle

Et puis il y eut l’entrée en piste de Martin Fuchs. Profitant d’une pause salutaire du speakeur, le public observait alors soudainement un silence aussi pesant qu’une fondue au fromage après un apéro déjà bien chargé ! Plus un bruit dans les travées, ni même une fourchette qui choc dans les assiettes des tables d’hôtes. Un calme que d’aucuns qualifieraient d’assourdissant, mais que dans une telle situation, on nommerait plutôt de circonstance.
Concentré comme jamais et visiblement prêt à en découdre, le champion suisse déroulait alors son tracé au cordeau avec un Clooney des grands jours, aussi vif que bondissant, concluant sans faute et tout juste dans le temps !
Comme dans un éclair, la salle se ranimait sous les clameurs qui saluaient autant la performance que l’entrée des couleurs suisses parmi les barragistes.

Ensuite, certains favoris manquaient de réussite, à l’image de Steve Guerdat, Pius Schwizer, Max Kuhner ou encore Christian Ahlmann, seul fautif sur le mur aux couleurs de l’hôtel de ville bâlois.

Coute que coute…


D’autres accumulaient bien plus de fautes, soit par manque de vigilance, soit par manque d’expérience. Si pour ces derniers on ne peut raisonnablement les accabler outre mesure, d’autres auraient peut-être dû prendre un plus conscience de la tâche qu’ils allaient encore imposer à leur monture (comme Michael Whitaker avec Valmy de la Lande qui préférait se retirer au bout de deux fautes) au lieu de conclure avec plus de 12 points dans la besace !

Mais malgré ces quelques déboires, le public allait apprécier au plus haut point le barrage à trois qui s’annonçait.

Dernier round

En ouvreur, Marc Houtzager tentait le maximum, mais malgré un nouveau sans faute, le tempo de son Calimero était vraiment trop juste pour impressionner ses deux poursuivants.

Pieter Devos tentait donc davantage, peut-être plus que de raison, car si le chrono d’Apart fut le meilleur, la chasse au temps les menait à la faute, laissant ainsi le champ libre au jeune suisse.

Une victoire au sommet!

Sachant Clooney redoutable dans ce genre de situation, Martin Fuchs profitait du calme de son gris pour aborder sereinement cet ultime round. Sur un tempo relevé, mais contrôlé, les vice-champions du monde démontraient alors toute leur complicité, déroulant un tracé parfait pour décrocher la victoire.

Une victoire éclatante de joie et de bonheur partagé aussitôt avec le public qui saluait chaleureusement la performance des champions suisses.

Un nouveau succès qui permet à Martin Fuchs de consolider sa place au classement provisoire de la coupe du monde puisqu’avec 55 points au compteur, il est désormais en troisième position derrière Pieter Devos à 64 points et Steve Guerdat qui maintient d’un point la tête de liste avant la prochaine étape qui se déroulera dès la fin de semaine prochaine à Leipzig.

Pour leur jubilé et leur accession au calendrier de la Coupe du Monde, les organisateurs bâlois peuvent aussi savourer cette victoire helvétique en point d’orgue d’un long weekend de compétition qui fut une nouvelle fois une réussite d’ensemble, tant au niveau sportif que de l’organisation qui est encore montée d’un cran.

Certes, tout n’est pas parfait, mais à l’instar de certains commentaires, nul n’est parfait, pas même à Bâle.

Et comme l’évoque un vieux dicton du coin :

  • Tout n’est pas succès, mais en apprécier un, permet d’en atteindre d’autres.

Les résultats du GP ICI

Le classement général coupe du monde ICI

Powered by WordPress | Designed by: suv | Thanks to toyota suv, infiniti suv and lexus suv