Kevin Staut impérial à Stuttgart

 Silvana HDC se révèle…

 Souveraine !

L’adjectif souvent usité en Allemagne pour qualifier » la grande classe », est cette fois de circonstance pour Silvana HDC qui avec un Kevin Staut devenu des plus instinctifs, souffle la victoire d’un centième à Marcus Ehning!

Une victoire qui place le N°1 français en tête du classement provisoire du circuit coupe du monde, à égalité de points avec Sergio Alvarez Moya .

 

La Portugaise LucianaDiniz prend une bonne 3e place en assurant le sans faute avec le puissant Winingmood.

La chef de piste Marta Jung avait une nouvelle fois concocté un parcours tout en subtilité . Si les cotes étaient à la hauteur du circuit, la grandeur de la piste lui permettait d’élaborer un tracé technique au niveau des forces en présence.

Des 40 partants, onze se retrouvaient au barrage, dont pas moins de 6 cavaliers allemands.

Noltes KuchengirlSi Ehning exhibait une nouvelle fois toute sa classe en menant Nolte’s Kuchengirl en tête du provisoire , Kevin Staut démontrait au public allemand que lui aussi savait y faire. Et Silvana aussi!

Certes il n’y a qu’un petit centième d’écart entre les deux premiers, mais au-delà de cette victoire, Kevin Staut et Silvana prouvent aujourd’hui que la France détient un vrai couple de champions, au sommet de leurs formes et capables de rivaliser avec les meilleurs.

Parmi les surprises du jour, la « Georgette » de Christian Ahlmann fut la plus étonnante. Sans doute trop à la recherche d’une deuxième victoire après son sacre dans le German Masters, le cavalier aux couleurs de Zangerscheid précipitait Codex One sur une mauvaise distance pour terminer en total désaccord avec sa monture.

Fin de barrage délicat aussi pour Pénélope Leprevost qui termine à la 11e place de l’épreuve. En selle sur Nayana, la normande réussissait d’abord à damner le pion à bien des favoris en bouclant à merveille son premier tour. Malheureusement le manque d’expérience de la jument à ce niveau ne lui permettait pas d’aborder le barrage avec toute la sérénité nécessaire. Mais gageons que ce n’est que partie remise.

Le public badois vibrait encore pour l’entrée en piste du régional de l’étape, Hans Dieter Dreher. Toujours aussi rapide, Dreher réalise le 3e temps meilleur temps, mais il ne réussit malheureusement pas à doubler le sans faute et conclu à la 10e place avec Embassy.

Parmi les sans-faute au barrage on soulignera la très bonne prestation du suédois Jens Fredericson qui prend la 4e place sur un beau doublé de son Lunatic. L’irlandais Denis Lynch prend également de précieux points pour la finale en terminant à la 5e place avec Abbervail van het Dingeshof.

De nouveaux talents d’avenir.

Si la suissesse Janika Sprunger signe la meilleure performance helvétique en prenant la 12e place avec son jeune Palloubet d’Halong (Baloubet du Rouet/Muguet du Manoir), d’autres pointures ont également montré les talents de leurs jeunes prodiges.

Ainsi a-t-on pu apprécier tout le potentiel de Zinédine, (un magnifique étalon hollandais alezan de 8 ans, fils de Guidam et d’une mère par Heartbreaker), qui avec une 7e place sur un double sans faute, devrait apporter un élément de choix pour l’avenir de son cavalier et propriétaire, Ludger Beerbaum.

À peine un an de plus pour Picsou du Chêne (Selle Français par Le Tot de Semilly et d’une mère par Caloubet du Bois) qui termine sur un petit 4 pts, engrangé dans la redoutable combinaison triple. Si son engagement à un tel niveau d’épreuve pouvait sembler prématuré, Pius Schwizer  trouve là aussi une monture de choix en renfort de son piquet pourtant déjà bien fourni. 

Silvana, la meilleure jument …

Depuis les premiers parcours de Silvana avec Kevin, nous avons eu droit à quelques belles victoires, dont celles des CSIW de Genève et Bordeaux. Mais dans les grandes échéances, ils manquaient toujours d’un petit quelque chose qui fait la différence. 

Pourtant affublé de gens dévoués et ne manquant pas de moyens, les victoires se faisaient rares.De quoi manquait-il jusqu’alors?  Sans doute de l’essentiel à ce niveau…De maturité. Et ce n’est pas par ce qu’il vient tout juste de fêter son anniversaire ( quoi que…) mais  aujourd’hui, nous avons vraiment senti qu’un nouveau cap était franchi. Kevin Staut oubliait un peu de se regarder monter pour laisser s’exprimer pleinement le talent d’une jument qui mériterait sans doute bien des honneurs .

Silvana ne renaît pas et son cavalier n’a pas  juste trouvé les « boutons ». Le couple est arrivé à maturité, autour d’une équipe dont certains ont sans doute  permis d’enfin assoir un peu de sérénité à la hauteur de talents qui ne demandaient qu’à s’exprimer.  

Pour ceux qui croyaient ce duo en déclin après les contre-performances londoniennes (certes tout le monde attendait mieux!), la réponse pourrait bien être:- » ça ne fait que vraiment commencer! » D’autant que Kevin Staut confirme aussi avec le reste de son piquet! 

Stuttgart (qui tient son nom de l’ancienne jumenterie, « Stutten Garten », du st Empire Germanique), consacre ainsi au mieux le nom de Silvana au palmarès des meilleures juments du CSIW .

Et pourquoi pas la jument de l’année? Allez savoir…

 

 Les résultats complets ICI