KEVIN STAUT: LES PIEDS DANS LE PLAT

Point de vue hippique!

Kevin1

Dans une interview accordée au  journal Paris-Turf de ce dimanche, Kevin Staut n’a pas manqué de mettre les pieds dans le plat en comparant le monde des courses à celui du concours hippique.

Évoquant la rigueur professionnelle des uns et l’amateurisme embourgeoisé des autres, n’hésitant pas à parler de  « gosses de riches qui ne savent pas préparer un cheval … » , le champion français met en exergue les carences et les aberrations souvent constatées, mais rarement avouées, dans ce milieu des « sports équestres »…

Point de vue qui pique !

Extraits de l’interview accordé à Paris Turf:-

– « J’aime beaucoup aller aux courses car c’est l’opportunité pour moi de m’ouvrir à un autre univers. Il y a tant à apprendre dans toutes les disciplines. » (…)  C’est dommage qu’il n’y ait pas plus de cavaliers qui viennent s’inspirer du monde des courses. (…)

 Pour caricaturer, nous pouvons dire que dans le saut d’obstacles, nous avons beaucoup de « gosses de riches » qui ne savent pas préparer un cheval, ni même le brosser. A peine savent-ils si un cheval boit de l’eau ou autre chose. Mais ils arrivent quand même à être d’excellents cavaliers.

Alors que dans les courses, un jeune est obligé de partir du bas de l’échelle, de savoir faire un box, de s’occuper de son cheval, de voir s’il est droit ou pas, s’il boite et pourquoi. Ce manque de culture dans la nouvelle génération du saut d’obstacles me fait très peur.

Le rapport homme/cheval se perd dans le monde des sports équestres et il faut que nous arrivions à l’intégrer de nouveau.

Le monde des courses a su sauvegarder ses traditions et ceci malgré le pouvoir de l’argent dans le sport. Les professionnels sont restés des hommes de chevaux. « –

 

En attendant vos réactions ( n’hésitez pas à commenter plus bas) voici un lien vers l’édito de Paris Turf de ce dimanche 20 juillet.

 

 

4 réflexions sur « KEVIN STAUT: LES PIEDS DANS LE PLAT »

  1. Alors changer le système et comment et de quel manière pourquoi ne pas employer on va pas refaire le monde ?,,dite moi une solution et des propositions sur le problème ?,,,et la suite on devine voilà

  2. Ce ne sont pas les propos en eux-mêmes qui me surprennent, mais de de la part d’un tel cavalier, de prendre l’exemple du monde des courses !!?!
    C’est formidable d’oser dire haut et fort la vérité de cette « mode » du cso où des cavaliers, néanmoins pas hommes de cheval pour deux sous, viennent juste « pratiquer leur sport » sans chercher (voire même penser un instant à) une quelconque relation avec leur partenaire ; mais les courses ! Une des pires industries dans le monde du cheval…

  3. Alléluia merci a Kevin de relever l évidence du revers de médaille touchant notre art ! Rappelons a tous que le cheval est la plus belle conquête et qu elle se mérite chaque jour pour tous avec égale importance quelque soit la richesse des protagonistes ! Les relations entre vivants ne s achètent pas elles se méritent

  4. Il est vrai que le CSO (entre autres) fait un peu vitrine à « gosses de riches » depuis quelques années! Au moins un qui ose le dire!

Les commentaires sont fermés.