Coupe du Monde 2012: Point final!

Voilà! C’est fini. Et après?

Cela fait des mois que l’on se prépare à cet événement, que les cavaliers se démenaient pour se qualifier et que les propriétaires se réjouissaient de voir leurs protégés en action sur la piste de S’Hertogenbosch pour tenter de décrocher le grâle ! Des semaines que les différentes interviews des qualifiés nous emmenaient vers les espoirs légitimes de performances pouvant mener au succès.

Voilà quatre jours de compétitions qui se terminent sur la victoire au barrage de Rich Fellers face à un Steve Guerdat des grands jours! Une finale dont le suspens mettait enfin un peu d’intensité dans cet évènement!

Et puis voilà ! Le grand prix final est à peine conclu, le vainqueur sacralisé, que tout ce beau monde s’en est allé.Il n’est pas encore 18h30 et il ne reste qu’une poignée de reporters en salle de presse , des marchands qui remballent eux aussi à la hâte et quelques cavaliers à la recherche d’un taxi pour l’aéroport, histoire de rejoindre au plus tôt leurs pénates.

Evidemment, je comprends aussi qu’au bout de 4 jours de compétitions, l’on ait envie de rentrer. Que toutes les bonnes choses ont une fin…

Mais je trouve dommage qu’on ne pense pas à faire une sorte d’après partie…Dans les nouvelles tendances, on appelle ça « l’after » ! Il en existe pour célébrer un anniversaire, un futur mariage et même  pour après le travail, les fameux « after work ». Bref, de multiples raisons pour faire une petite fête, histoire de marquer le coup. Pas la beuverie mais juste un  rassemblement entre le public, les sportifs et tous ceux qui ont contribué à « l’évènement ».

Et là ; rien ! Nada ! Ô bien sur, on a eu droit à une « cérémonie officielle » avec drapeaux et  même un tour d’honneur sur un bon morceau de Tina Turner. Simply the Best… Ok! Quand ce sera un cavalier russe, nous aurons peut-être droit à la fameuse Kalinka, version Ivan Rebroff, pour les puristes !

En lisant ce préambule, vous allez sans doute penser que je suis aigri, fatigué et déçu des résultats de mes compatriotes ! Eh bien pas du tout. Bien au contraire. Heureusement que les cavaliers ont joué le jeu, jusqu’au bout, alors que pour certains, les carottes étaient cuites depuis vendredi.

Bravo à vous, cavaliers venus, pleins d’espoirs et d’ambitions, tenter votre chance dans cette compétition qui n’a finalement pas l’intérêt aussi grandiose que l’on pensait. En tous cas pas ici ! J’ai peut-être manqué un épisode mais mis à part cet après-midi, franchement…Ouais, bun pas plus que ça. A quoi cela tient? Sans doute à des  » détails » qui font la différence à l’arrivée.

Cela fait plus de trente cinq ans que je côtoie le milieu, passant des fêtes hippiques aux plus grands internationaux et croyez moi, je suis loin d’être blasé. Beaucoup me reconnaissent une véritable passion pour le jumping et sans elle, je ne ferai sans doute pas tous ces efforts. Mais je n’en ai pas perdu la raison…

Je me retrouve donc ce soir à me demander pourquoi  ?

Pourquoi notre sport ne fait-il pas au moins autant d’audience qu’un tournoi de handball ou une compétition de patinage artistique !

Je pense qu’il faudrait que les organisateurs et autres instances, se préoccupent un peu plus de leurs fidèles et passionnés de tous bords, qui en venant voir « leurs stars », génèrent suffisamment d’enthousiasme, histoire d’au moins d’ajouter de l’ambiance aux tribunes bien clairsemées  en dehors du dimanche de grand prix et des épreuves de dressage!

Mais peut-être que le public était plus branché sur les rectangles que sur les oxers carrés!

Mais franchement ne pourrait- on pas mettre un coup de « booste » en revoyant un peu les formules ?

En l’espace de huit jours je suis passé d’un CSI*** avec plus de 150 engagés par épreuve (interminable !) à un week-end coupe du monde manquant d’ âme. Le mieux est l’ennemi du bien mais le coté un peu  routinier de ce genre de concours devient lassant. Là, ça manquait de pêche et j’en ai vu qui devait penser la même chose !

Du coup, je me retrouve ce soir à déblatérer sur ce qui pourrait, ou devrait être fait pour améliorer  tout cela, au lieu de vous rendre compte d’un superbe week-end de coupe du monde. Conclure, en saluant encore les cavaliers qui nous ont tout de même régalé dans ce grand prix final. Je ne vais pas non plus oublier les athlètes. Ces chevaux que l’on admire par leurs exploits et performances et auxquels ont pourraient penser un peu plus dans les différentes formules d’épreuves. Là aussi il y aurait à discuter. Pourquoi faire passer les chevaux devant tant de contrôles vétérinaires quand on leurs infliges en ouverture un épreuve de vitesse pour passer le lendemain et les jours suivants, sur des obstacles aussi large que haut ! A moins d’avoir plusieurs chevaux …donc pas la même donne pour tous !

 

Je ne veux pas jeter le bébé avec l’eau du bain, mais j’ai connu des finales de coupe du monde autrement plus dynamiques, sachant mêler sport et évènement de haut niveau avec un esprit de convivialité . On sentait alors un véritable engouement du public , une sorte de partage des rôles initié par une organisation à la hauteur de l’évènement.

Rendons aussi quelques grâces aux propriétaires de ces chevaux admirables, qui doivent être au moins aussi passionnés que l’épaisseur de leurs portefeuilles. Car si leurs moyens financiers leurs permettent d’assumer les dépenses (énormes et bien peu rentables) je n’ai pas souvent entendu un speaker les citer, juste pour leur rendre un minimum d’égards.  Sans eux il n’y aurait plus de sports équestres ! Notre sport c’est avant tout la rencontre du cheval et de l’homme. En formule 1, voile, ou même foot ce sont les marques qui tiennent les sports. Doit-on vraiment en arriver là ?

Un dicton de maréchal-ferrant dit : « Pas de pied, plus de cheval ! »

Aujourd’hui on pourrait aussi dire. « Pas de passionné, plus de cavalier ! »

Encore faut-il entretenir cette passion et ne pas l’user…et encore moins l’abuser !

Il est tard et la plupart d’entre vous liront cela ce matin.Je vais donc m’arrêter là, pour ne pas vous désabuser, ni vous souler avec mes états d’âme.

Je sais qu’il n’ai pas évident d’organiser un tel évènement .C’est juste que cela manquait d’âme et c’est dommage.

Je n’ai pas perdu ma passion, j’avais juste envie de vous en parler.

Comptez sur moi pour revenir à la sagesse…ou presque!

Demain est un autre jour et dès le week-end prochain…D’autres concours pour Kevin, Rolf, Steve, Pius, Eric,Patrice, Daniel,Julien, Philippe,Fabien, Simon, Olivier,Pierre, Paul,Jacques….Marie, Eugénie, Pénélope, et tant d’autres!

 

 

 

Une réflexion sur « Coupe du Monde 2012: Point final! »

Les commentaires sont fermés.