Lutte anti-dopage: La FEI sévit

Deux cavaliers saoudiens mis à pied!

 

Les cavaliers font appel...

La FEI n’a pas tergiversé dans ses verdicts !

Réuni ce mercredi 23 mai, à son siège de Lausanne, le Tribunal de la FEI a publié ses décisions dans les cas des deux athlètes  saoudiens, Khaled Al Eid Abdulaziz  et Abdullah Waleed al Sharbatly, dont les chevaux ont été testés positifs pour des substances médicamenteuses à effet dopant.

Le Tribunal a imposé des suspensions de huit mois pour les deux cavaliers. Les chevaux, Vanhoeve (Khaled Abdulaziz Al Eid) et Lobster 43 (Abdullah Waleed Sharbatly), ont été testés positifs aux  anti-inflammatoires non stéroïdiens, la phénylbutazone et l’oxyphenbutazone (un métabolite de la phénylbutazone) lors de deux événements distincts. 

Vanhoeve fut contrôlé au  CSI W de Riad, en Arabie Saoudite (30 Novembre- 3Décembre 2011), et le résultat positif a été notifié à l’athlète, le 2 Février 2012.

Conformément à la demande de la FEI, Khaled Abdulaziz  s’est volontairement suspendue, sans préjudice, le 24 Février suite aux résultats d’analyses anormales pour  Lobster  à partir de tests effectués  au  CSIW d’ Al Ain,aux Émirats arabes unis (9-11 Février 2012). L’affaire a été notifié à Abdullah Waleed Sharbatly le 24 Février 2012, et l’athlète dut effectuer une suspension volontaire, à compter du 28 Février.

Les substances médicamenteuses détectées sont  interdites en compétition, mais  autorisés pour un traitement hors compétition.. Les règles prévoient que la période de suspension pour les substances contrôlées peut aller ( en fonction de la dose détectée) d’ un avertissement à deux ans de suspension.

Depuis l’audience préliminaire qui eut lieu le 18 avril à Lausanne,  Khaled Abdulaziz Al Eid,n’a pas réussi à prouver ses dires, à savoir que l’ingestion par le biais d’une exposition à un environnement contaminé  était la source probable des substances interdites trouvées dans l’organisme de son cheval. 

Tout en reconnaissant l’importance des Jeux Olympiques, qui avait été souligné à la fois par le PR (personne responsable, suivant le code FEI ndlr)  et l’avocat de la PR au cours de l’audience, le Tribunal a déclaré que les règles doivent être appliquées de manière cohérente tout au long du cycle olympique de quatre ans .

 Le Tribunal a imposé une suspension de huit mois, en vigueur immédiatement et avec effet rétroactif au 24 Février 2012.

 En outre, le Tribunal a imposé une amende de CHF 1’000 et des coûts de CHF 3’000. Dans sa décision finale concernant l’Lobster 43  qui a également été notifié à la Fédération nationale KSA aujourd’hui, le Tribunal a rejeté les théories du PR sur l’ingestion de produits dans un environnement contaminé. 

Le Tribunal a également jugé que, la phénylbutazone et l’oxyphenbutazone ne sont pas des substances à seuil et que toute quantité est considérée comme un élément positif. 

Le Tribunal a imposé une suspension de huit mois, en vigueur immédiatement et crédité à partir du moment du prélèvement des échantillons, le 10 Février 2012, sur la base de l’acceptation en temps opportun de M. Sharbatly . Le Tribunal a également infligé une amende de CHF 1’000 et des coûts de CHF 3’000. 

Les personnes responsables ont 30 jours à compter de la date de notification (23 mai 2012) pour interjeter appel des conclusions de la Cour d’Arbitrage du Sport à Lausanne (SUI).

Les décisions peuvent être consultées en  intégralité ici:

Vanhoeve ;

Lobster 43 .

Source communiqué officiel de la F.E.I consultable ICI

N.B.

 La phénylbutazone est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), principalement utilisé comme un anti-inflammatoire et analgésique pour les parties musculo-squelettiques. L’Oxyphenbutazone, un métabolite de la phénylbutazone, est également un A.I.N.S avec les effets anti-inflammatoires et analgésiques similaires. Les deux substances sont classées comme  substances interdites sur la liste FEI .

2 réflexions sur « Lutte anti-dopage: La FEI sévit »

Les commentaires sont fermés.