Grand Prix Hermès: Ludger Beerbaum Divin!

 

Un Chaman au Grand Palais.

 De toute l’escouade allemande (5 sur 6 au barrage) c’est Ludger Beerbaum qui allait donner le ton!

Arrivé en piste samedi pour le GP Gl Event’s (6e), Ludger chassait les mauvais esprits avec son bien nommé Chaman et signait le double sans faute parfait avec près d’une seconde d’avance sur le chrono de Rolf Goran Bengtsson qui menait jusqu’alors les débats avec Quintero La Silla.

Des 48 partants engagés au départ de cette ultime épreuve parisienne, ils furent encore une douzaine à se retrouver au barrage sous la voute du somptueux Grand Palais. Pourtant, les parcours hors chrono des premiers concurrents ne laissaient pas augurer une telle pléiade de sans-faute.

Parti en ouvreur, l’espagnol Manuel Anon (pas des plus lents sur un parcours) se retrouvait avec un point de temps dépassé avec sa dynamique Rackel Chavannaise. Idem pour madame Tops qui dépasse le temps accordé avec Ego van Orti.

Ces deux résultats auraient-ils un tant soit peu poussé les suivants à la faute ? C’est bien possible et l’on regrettait alors les erreurs de certains concurrents qui se retrouvaient bien souvent pénalisés d’une barre en fin de parcours. Ce fut le cas notamment de la suédoise Malin Baryard-Johnsson, qui malgré un tracé magnifique, fait faute sur le dernier avec son h & M Tornesch.

D’autres éprouvaient bien plus de difficultés et si la jeunesse de certaines montures pouvait expliquer une petite faute par-ci par-là, on pouvait être surpris des résultats de Luciana  Diniz (8pts avec Winningmood) ou encore de Simon Delestre qui termine sur le même score avec Valentino Velvet. Et que dire d’un Steve Guerdat qui sort à 13 Pts avec son olympique Nino des Buissonnets. 

Certes, les jours se suivent, mais ne se ressembles pas.Les compétitions équestres ne dérogent pas à la règle et c’est là aussi l’un des intérêts du sport, où tout peut arriver.

 

Ehning au tapis mais pas K.O.

Belle chute mais son Copain a su l’éviter…

Le plus bel exemple nous est fourni par Marcus Ehning, considéré (et à juste titre) comme l’un des meilleurs cavaliers de la planète.

Alors que Ludger Beerbaum venait de ravir la pole position à Bengtsson,  Marcus Ehning entrait en piste. Tout semblait aller dans le bon sens pour que le vainqueur du Saut Hermès de la veille, réédite une nouvelle performance au Grand Palais. Mais dans sa quête du meilleur tracé, une trop forte anticipation à l’abord d’un vertical le délaissait de son Copin Van de Broy. Ehning à terre… Voilà qui est bien rare! Fort heureusement et même si la chute fut aussi surprenante que spectaculaire,  Ehning se remettait à cheval, sortant de piste sans autre dommage que la frustration d’avoir manquer le coup…

K…Comme Kessler …

 

Reed Kessler
Reed Kessler une nouvelle fois au top!

Le public voyait alors les derniers concurrents partir à l’assaut et Reed Kessler allait encore leur donner une belle vague d’enthousiasme! En selle sur Cylana, la jeune américaine effectuait un barrage somptueux. Un tracé presque au cordeau, mais une dernière courbe un peu plus large rajoute 20 centièmes au chrono. Une seconde place tonitruante qui par l’écho de la verrière du grand Palais résonnait aussi fort que la victoire du kaiser.

De quoi ravir largement ses coachs, Katie Monahan( sa marraine)  et son mari Henri Prudent évidemment présents aux côtés de leur jeune protégée.

Et Kent!

L’autre américain en verve se nomme Kent  Farrington. À 33 ans, le cavalier originaire de Chicago pointe actuellement à la 11e place de la ranking liste FEI longines. Fraichement débarqué de sa tournée à Wellington, Kent Farrington mène son Uceko à la 9e place pour un 4 Pts au barrage.

 

 

 

 

 

Deux espagnols au barrage!

La détermianation de Pilar Cordon n’aura pas suffit

 

Parmi les nations bien représentées, l’Esapgne avait encore deux belles cartouches en lice au barrage. Pas de chance pour Pilar Lucrecia Cordon qui en suivant les appels de son coach ne peut empêcher une touchette de son Nuage Bleu sur le dernier obstacle.

Sergio Alvarez Moya tentait le maximum avec l’excellent Carlo qui signe le 2e meilleur chrono de la partie, mais une barre les prive de podium pour une 5e place à l’arrivée. 

 

Bengtsson à nouveau au podium!

Bengtsson se retrouve donc à la 3e place juste devant Meredith  Michaels-Beerbaum qui signe l’ultime double sans faute avec sa phénoménale Bella Donna.

Toujours prompt à s’élancer au barrage, Hans Dieter Dreher poussait Embassy II au maximum, mais là aussi, une barre vient freiner les ardeurs germaniques, pour une 6e place au final.

 

 

Janika se relève pour la Suisse.

Janika Sprunger meilleure cavalière suisse de ce Grand prix Hermès 2013

Côté Helvètes, après les contreperformances de Steve Guerdat et Beat Mändli, la meilleure prestation est à mettre au profit de Janika Sprunger qui prend la 10e place avec Palloubet d’Halong.

Pourtant la journée commençait mal . Prise à contre-pied dans l’élan d’un saut scabreux avec JL Comparse lors de l’épreuve au chrono du Prix de la Ville de Paris, Janika se retrouvait à terre, juste après la ligne d’arrivée! Elle relevait ensuite les manches pour revenir au mieux dans la dernière épreuve de ce rendez-vous Hermès avec un Palloubet D’Hallong toujours aussi bondissant. Bravo !

Ayant pris Verdi pour l’épreuve de vitesse, Pius Schwizer montait alors Powerplay dans le Grand Prix. S’il lui arrive souvent de jouer d’audace dans ce genre de choix, Pius Schwizer avouait en sortie de piste que Powerplay s’était bien ajusté sur la hauteur, mais que le parcours était un encore peu trop technique pour sa jeune jument.

Et les Français dans tout ça?

 

 

De toute la sélection tricolore, Pénélope Leprevost signe une nouvelle fois la meilleure performance française en prenant la 7e place avec Nayana. Après sa victoire en duo avec Marcus Ehning lors du Saut Hermès, Pénélope Leprevost assure ainsi une belle prestation d’ensemble pour le compte du Haras de Clarbec.

Moins de réussite pour Patrice Delaveau  qui après un bon premier tour de Lacrimoso HDC sortait avec 3 fautes au barrage.

K comme Kismi!

Kevin Staut préférait laisser la grise Silvana au repos et c’est avec la jeune Quismy des Vaux HDC que le n°1 français prenait part à ce délicat Grand Prix. Si une petite touchette en début de parcours vient entacher le score final, le team Jump 5 peut être rassuré sur les qualités de leur nouvelle acquisition. Du haut de ses 9 ans, la fille de Dollar de la Pierre démontrait une réelle aisance sur les plus grosses difficultés d’un parcours dont les 5 étoiles confirmaient toute la technicité demandée pour un tel niveau.

Avec un piquet largement sollicité tout l’hiver, Bosty regardait tout cela depuis les tribunes, préférant laisser sa Myrtille au repos en vue de la finale coupe du monde dans 15 jours à Gotteborg. Dommage pour spectacle et l’on peu se demander alors si l’on n’aurait pas pu laisser un autre cavalier français prendre part au concours parisien…

 

 

Un autre monde…

De tous les styles au Saut Hermès!

Le Saut Hermès est un bel évènement pour les Parisiens qui ont ainsi pu, l’espace d’un week-end, apprécier une belle partition du jumping international.

Un événement exceptionnel dans la capitale et dont le cadre de la verrière du Grand Palais à une nouvelle fois su attirer massivement la haute société parisienne au pied des Champs Élysées. Quelques stars du show bis et autres passionnés  de renoms ont également pris place dans les tribunes .Parmi eux, Guillaume Canet, dont l’actualité cinématographique est aussi liée à l’évènement par l’affiche du film Jappeloup, qui est en passe de franchir les deux millions d’entrées. Bravo!

 

Guillaume Canet

 

Les résultats complets ICI