Championnats d’Europe Göteborg

Peder Fredricson en or sur ses terres .

Étincelant depuis le premier parcours de ces championnats avec son valeureux H & M All In, le suédois Peder Fredricson décroche brillamment le titre européen individuel de CSO 2017.

Meilleur cavalier néerlandais, Harrie Smolders et le puissant Don VHP Z sont médaillés d’Argent.

L’irlandais Cian O’Connor et son bondissant Good Luck terminent décrochent le bronze.

Alors qu’il détenait la seconde place au classement provisoire, Martin Fuchs manque cette finale pour deux fautes commises par un Clooney particulièrement facétieux. Sans doute frustré, le jeune suisse termine 12e, mais sa contribution fut essentielle à l’obtention de la médaille de bronze par équipe.

Parmi les classés, on relèvera la performance d’Alberto Zorzi qui en collaboration avec le Cornetto K de l’écurie Onasis, place les couleurs italiennes au 4e rang.

En accord avec son bon Espoir, le grand belge Pieter Devos conclu magnifiquement au 5e rang , à quelques centièmes devant l’illustre germanique, Marcus Ehning qui dans un ultime parcours de toute beauté avec Prêt à Tout, conclut honorablement à la 6e place.

Pas toujours en veine dans ces championnats, la Belgique place encore ses couleurs au 7e rang grâce à la belle performance de Niels Bruynsells et Cas de Liberté qui totalisent 9,84 Pts sur l’ensemble des épreuves.

Repris dans l’équipe après l’abandon d’Olivier Philippaerts (qui s’était blessé à l’épaule en voulant stopper Legend of Love-H& M lors de la Warm-Up) son compatriote Jérôme Guerry n’aura pas démérité en concluant sur une 11e place.

Comme Martin Fuchs, l’allemand Philipp Weishaupt n’aura pas été en verve ce dimanche, planté on ne sait trop pourquoi par l’étalon LB Convall qui en accumulant les facéties fautives, termine son ultime parcours avec 16 points dans la gibecière. 

C’est donc avec plus ou moins de réussite que les douze cavaliers encore en lice auront dû affronter ce dernier round, mais malgré ces coups du sort, d’aucuns ne sauraient remettre en doute le mérite au vainqueur qui, malgré une petite faute dans l’entrée de la dernière combinaison, aura su maintenir la sérénité nécessaire pour franchir la ligne d’arrivée sans plus d’encombre.

Une performance d’autant plus remarquable que le vice champion olympique a bien failli perdre son partenaire de cheval des suites de graves problèmes intestinaux l’hiver dernier.

Un podium de battants.

Si la victoire de Peder Fredricson est belle, ses poursuivants au podium n’en sont pas moins valeureux.

Seul rescapé d’une équipe qui est passée à côté de ces championnats, Harrie Smolders aura su redonner du brio aux couleurs néerlandaises en remontant de la 9e place qu’il détenait vendredi soir à la médaille d’argent qu’il partage avec brio avec son impressionnant Don VHP Z. Pénalisé de 4,52 Pts à l’issue de la chasse, le duo orangé prenait un point de temps lors de la 1re manche par équipe pour ne plus accuser aucune erreur lors des trois derniers parcours.

Une performance qui démontre une nouvelle fois toute la compétitivité de ce couple qui brille au sommet mondial cette saison.

Quant à Cian O’Connor, la médaille de bronze donne encore un peu plus de brillant à l’or qu’il décrochait vendredi soir avec ses partenaires en équipe. Blessé aux adducteurs au printemps, le pugnace irlandais s’est refait une santé pour revenir au top pour ces championnats. En selle sur son impressionnant Good Luck, Cian O’Connor aura donc aussi bien servi les intérêts de son équipe (en signant le double sans faute) que son propre avantage en atteignant la finale en embuscade au 4e rang.

Sans faute à l’issue de la première manche, Cian O’Connor et Good Luck étaient sans doute les plus redoutés pour détrôner le leader suédois. Mais après un gros saut sur la barre de spa, le duo vert commet une faute qui laisse plus de 5 points de marge à Peder Fredricson.

L’entrée en piste du favori remettait le public sous tension. Une entame de parcours parfaite laissait entrevoir la victoire, mais une faute en entrée de la dernière combinaison fit frissonner les tribunes.

Lors des ultimes sauts, le silence fut d’or, mais le calme fut rompu dès la ligne d’arrivée que le suédois franchissait les bras au ciel, savourant d’un sourire l’instant de rédemption.

Puis, plongeant sur son encolure, l’aussi blond que bon cavalier embrassait son amour de cheval. Réalisant son exploit et comme pour encore mieux partager son bonheur, il indiquait alors d’un geste gladiateur toute la valeur de son fidèle partenaire.

 

Reflétant un ultime rayon de soleil, l’or du vainqueur fit encore scintiller de bonheur les nombreux et fidèles supporters qui par l’onde d’une « ola » bien méritée, confirmaient que sur ses terres, la victoire est encore plus belle.

 

Les résultats complets ICI.