Stephanie Holmén crée la surprise!

Grand Prix Coupe du Monde Zurich

 Un nouvel espoir féminin pour la dernière séance!

Ce dimanche 28 janvier 2019, Stephanie Holmén crée l’évènement en remportant le GP coupe du Monde à Zurich. Une première pour la jeune suédoise et une dernière pour le CSIW de Zurich qui tire le rideau du Hallenstadion après trente glorieuses années!

Pour cette dernière édition, les organisateurs du CSIW de Zurich auront donc eu droit à un bouquet final en apothéose, car par la performance de Stephanie Holmen, l’ultime barrage aura livré un grand moment se sport avec un sacrée bataille entre les quatorze cavaliers encore en lice.

Grave chute d’Alain Jufer

En première manche, il y eut d’abord un grand moment de frayeur avec la chute d’Alain Jufer.

Suite au désistement de Jane Richard Philips, Alain Jufer s’est donc vu attribué la place dans le GP coupe du monde. Franchissant le n°1 sans encombre, son cheval semble alors perturbé par la proximité du public et manque ensuite de couverture après une hésitation à l’abord de l’oxer suivant. Dans l’effort, Rahmannshof Tic Tac projette son cavalier tête la première dans le sable. Bien que vaillant, Alain Jufer se relève en titubant et l’on se rend vite compte depuis les tribunes que le jurassien n’est pas au mieux. Soi-disant perturbés par le cheval en liberté, les secours n’eurent pas l’autorisation de rentrer sur le terrain pour prendre en charge le cavalier qui rejoignait en vacillant la sortie, épaulé tant bien que mal par un homme de piste!

Transporté à l’hôpital, les examens ont révélé deux fractures aux cervicales. Heureusement dans son malheur, Alain Jufer a la chance de n’avoir subi aucun épanchement du canal rachidien! Mais il n’en demeure pas moins invraisemblable  l’obstruction à la prise en charge des secours sur la piste.

Pendant ce temps-là, la compétition se poursuivait sans qu’aucune nouvelle du cavalier ne soit transmise…

Un Grand Prix indécis.

Si de par son parcours délicat le GP Longines du vendredi soir n’a laissé que peu de chance aux outsiders, celui de la Coupe du Monde semblait d’emblée plus ouvert et bien malin celui qui aura misé sur la jeune suédoise.

En selle sur Flip’s Little Sparrow, Stephanie Holmen réussit donc un coup de poker, que son coach Peder Fredricson aura apprécié au plus haut point.

 En jouant les audacieuses au barrage, serrant chaque virage pour prendre une option des plus osées, elle réussit à prendre l’ascendant sur ses adversaires en plaçant le chrono à 38,79s.

Ses poursuivants tentaient le maximum pour battre son chrono et certains y laissèrent leurs meilleurs espoirs, à l’image de Werner Muff qui, en prenant trop court l’ultime combinaison, accroche 8points au tableau de son brillant Daimler.

Seul finaliste ayant déjà été de la partie lors de la première édition en 1988, Michael Whitaker prit aussi une belle option avec JB’s Hot Stuff, mais malgré ses efforts et un nouveau sans faute, l’illustre britannique conclut à près de deux secondes de la suédoise et doit se contenter de la 4e place.

Le bon cap pour Pius Schwizer .

Autre belle performance que celle de Pius Schwizer réalisée avec About A Dream. Déjà en verve dans les différentes épreuves des jours précédents, le toujours très incisif champion Suisse réussit à placer comme au bout d’un rêve sa jeune jument sur les meilleures trajectoires. Flirtant avec les barres et dans un dernier effort sous les hourras du public, le duo helvétique franchit la ligne d’arrivée en 39,90s. Certes, il y a encore plis d’une seconde d’écart, mais nul doute qu’au vu de ses qualités, cette jument n’est qu’au début d’une carrière des plus prometteuses et cette seconde place est de bon augure pour un retour au sommet de Pius Schwizer qui devrait à nouveau prendre part au circuit du Global cette année.

Kevin Staut sort le grand jeu.

Pour Kevin Staut (vainqueur de l’épreuve majeure samedi avec Ayade de Sepron HDC), les choses paraissaient sans doute un peu moins évidentes, car si son Silver Deux de Virton HDC regorge de puissance, la vitesse n’est pas son point le plus fort. Mais le champion français a une nouvelle fois fait preuve de tout son talent. Montant à la perfection, sans heurt et gardant le rythme tout en traçant au mieux son barrage, il se hisse à la 3e place. Bravo l’artiste!

Avant-dernier à s’élancer, Carlos Lopez faillit bien prendre une place au podium, mais une touchette sur le dernier obstacle met à terre les meilleurs espoirs du Colombien auteur de deux très bonnes prestations avec Cuplandra.

En ultime candidat, Jerome Guerry accroche également 4 points dans l’escarcelle de son Grand Cru van de Rozenberg, laissant ainsi éclater la joie de l’heureuse gagnante qui rongeait son frein en bord de piste. 

Lors de la remise des prix, l’ambiance oscillait entre le bonheur de la victoire suédoise et l’émotion  des organisateurs du CSIW.

Le public zurichois saluait alors l’heureuse vainqueur du jour et après un dernier spectacle en hommage aux trente années de concours, le rideau s’abaissait pour la dernière fois sur la piste colorée du HallenStadion.

Les résultats complets ICI