La mort tragique de Numano du Veret

Drame à Tolède !

L’incompréhension demeure après l’incendie  accidentel du camion d’Ivan Serrano survenu hier soir et  causant la perte de six chevaux de compétition.

Parmi eux se tenait l’étalon Numano du Veret, un bon fils de Cumano issu de l’élevage de la famille Anfray  dont l’évolution de ces derniers mois laissait présager un bel avenir.

Confié par son propriétaire, José Devaux, à  Ivan Serrano au mois de décembre dernier,  Numano de Veret  remportait dans la foulée le titre de champion de Galice et ce week-end, ce couple prometteur remportait le GP de Tolède !

 Malgré le chagrin et le dépit que l’on peut imaginer, José Devaux a bien voulu nous confier ses sentiments :

-« C’est sur le chemin du retour du concours  qu’est survenu ce tragique coup du sort.  Ivan s’est rendu compte de la crevaison d’un pneu et s’est tout de suite arrêté. En sortant de son véhicule il s’aperçut d’un début d’incendie et  eut à peine le temps de baisser le pont et sortir les 2 premiers chevaux avant que le camion ne prennent complètement feu. En moins de 5mn c’était le brasier complet! On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé et l’expertise nous donnera sans doute des explications mais ça ne changera pas grand-chose. En quelques heures nous sommes passés de la joie d’une nouvelle victoire à l’inimaginable désespoir ! Je souffre, c’est très dur mais ce l’est sans doute encore plus pour Ivan ! Pour lui tout s’est écroulé en quelques minutes. Les chevaux, le camion et cette cruelle incapacité de pouvoir agir sur les choses ; un vrai drame! Ce devait être atroce ! Depuis, il est reclus chez lui, effondré et inconsolable… En tout cas, il peut compter sur moi, je ne peux lui en vouloir. C’est un coup du sort et là on ne peut malheureusement que pleurer notre chagrin. Il va falloir reprendre le dessus…Ca ne va pas être simple et je dois dire que ces derniers mois j’ai accumulé quelques déboires qui vous laissent bien songeur quant à l’attitude de certaines personnes dans ce milieu. Je suis, avant tout un amateur passionné, comme beaucoup … Notre moteur fonctionne à l’amour et à la passion du cheval. J’ai Numano depuis qu’il a 3 ans. Je l’ai vu évoluer, stagner puis reprendre les devants de la scène en fonction des envies et surtout des capacités de chacun. Il n’y en avait pas beaucoup qui y croyait et c’est par l’intermédiaire d’un ami espagnol que j’ai confié mon cheval à Ivan Serrano. Depuis tout allait pour le mieux et j’avais l’espoir de le voir tourner au plus haut niveau. Ivan me disait d’ailleurs encore il y a peu qu’il n’avait encore jamais eu un tel bon sentiment avec un cheval. Le sentiment…C’est sans doute là, la clé. Alors quand arrive une chose pareille, forcément on se remet en question ! »

Une tragédie à laquelle nous apportons toute notre compassion en espérant que la force de caractère de José Devaux saura reprendre le dessus et que son amour des chevaux sera le plus fort.