Exclusif: Philippe Rozier signe pour deux ans.

« C’est un superbe projet et il me plait! »

Comme nous vous l’annoncions hier, SAR le Prince Moulay Abdellah Alaoui  a donc suivi les sollicitations des cavaliers marocains en nommant Philippe Rozier , sélectionneur national.

Pourquoi lui, dans quel but, quels objectifs, avec quels moyens et de quelle manière ?

Nous avons posé ces questions au nouveau promu, actuellement à Rabat.

Philippe Rozier, cette nomination, sans remettre en cause vos capacités, a surpris tout le monde !

Mon père est à l’origine des très bonnes relations que nous entretenons avec la famille royale. Nos familles se connaissent bien et je participe aux compétitions marocaines depuis de nombreuses années.

Cette nomination est-elle un fait du Prince?

Non, franchement cela ne s’est pas passé comme cela. S’il est vrai que mon père était chargé de trouver un sélectionneur, il n’a jamais voulu en profiter pour ; comment dit-on ? “Me mettre en place”. Tout s’est déclenché ces derniers jours. Ce sont les cavaliers qui m’ont demandé si je n’étais pas intéressé. On en a discuté et au fil des mots et des suggestions, ils en ont fait part à SA Prince Moulay Abdellah Alaoui, président de la fédération. Nous avons donc eu un entretien au cours duquel il m’a exposé ses projets et ses ambitions pour le sport de haut niveau.

Quels sont-ils ?

Le Maroc a toujours été une grande nation amoureuse du cheval. La famille royale a largement contribué à son développement et la regrettée SAR la Princesse Lalla Amina fut à l’origine de nombreuses initiatives tendant à faire progresser les sports équestres de son pays. Elle a ainsi notamment élaboré la fameuse “Semaine du Cheval” de Dar Es Salam, qui est depuis l’un des évènements incontournables des sports équestres au Maroc. Le “Morocco Royal Tour” prend également de l’ampleur et pour cette 3e édition, ce ne sont pas moins de 28 nations qui y ont pris part cette année. Bref, une dynamique est en route. Il faut maintenant la développer et permettre aux cavaliers marocains d’accéder au circuit du haut niveau international.

De quelle durée disposez-vous et comment allez-vous débuter?

J’aurai un contrat de deux ans qui sera effectif au 1er novembre. Il y a des cavaliers de talents qui sont vraiment motivés et les infrastructures sont parmi les meilleures au monde. Je vous assure que de ce côté-là on n’a pas besoin de plus ; c’est du Top. Ce qu’il faut maintenant c’est fournir les chevaux adéquats qui permettront aux differents talents de s’exprimer pleinement.

Y a-t-il vraiment de quoi constituer une équipe complète ?

Franchement; oui. Les cavaliers sont vraiment aptes. Certes à plus ou moindre niveau, mais il y a un véritable creuset de talents. Ils ont surtout la volonté de leurs rêves ! C’est là sans doute l’un des points clés pour y arriver. Maintenant, il ne faut pas perdre de temps et trouver au plus vite et au mieux une cavalerie susceptible de les faire progresser vers le niveau supérieur.

Des rêves qui ont un coût ! Mais ce n’est sans doute pas un problème ?

Peut-être, mais il n’est pas question de jouer les flambeurs. Évidemment on sait un peu les prix du marché et je pense que si l’on m’a demandé, c’est qu’ils savent aussi que  je suis un homme de terrain. Pour autant, rien ne sert d’aller exploser le budget en allant acheter du clé en main. Je suis plutôt partisan de la construction. Nous allons sans doute prendre quelques chevaux plus mûrs, mais la priorité ira aux jeunes. Nous devons créer notre propre pôle de compétition et comme je l’ai dit avant, on a les installations et les gens capables pour ça. Mais permettez-moi d’insister sur la part de rêve ! Elle est essentielle et c’est le moteur du sport. Enfin ce devrait l’être.

Pourquoi ? Les cavaliers ne rêvent-ils plus assez ?

Disons que je trouve que certains systèmes finissent par les troubler. Il y a en France comme dans bien d’autres pays, des talents cachés. Il faudrait leur favoriser l’accès au haut niveau par la mise à disposition des moyens nécessaires à leur évolution. Si l’on referme trop le système, on finit par se retrouver avec une discipline totalement enclavée ou le seul critère de sélection sera d’ordre financier. Je suis peut-être rêveur, mais bien conscient qu’il faut de l’argent. Notre sport implique des frais évoluant à la hauteur de celles des barres des concours, mais je suis certain qu’il y aurait des solutions pragmatiques à mettre en place, pouvant permettre aux moins aisés d’évoluer vers le haut niveau. Mais là, c’est un autre sujet…

Quels sont alors vos objectifs ?

Trouver des chevaux pouvant nous permettre d’aligner une équipe pour les Jeux Méditerranéens. C’est un vrai challenge, car le temps presse ; c’est dans 8 mois (Fin juin à Merzin en Turquie NDLR). Pour cela nous devons rapidement faire un premier regroupement afin de déterminer les effectifs et les besoins de chacun. Cet hiver servira à mettre en place les différents groupes de travail et nous irons ensuite au Sunshine Tour . Nous saurons alors déjà mieux où nous en sommes et avec qui constituer l’équipe pour les Jeux. Il y a également les jeunes cavaliers et les juniors, le vivier est plein de ressources. Je souhaite pouvoir offrir une chance à tous ceux qui seront capables de la saisir. Et puis n’oublions pas la section militaire de la Garde de Rabat, qui recense aussi de très bons éléments. Il y a vraiment de quoi faire !

Vous avez donc déjà établi une feuille de route !

Disons que j’ai été vraiment séduit par le projet et que l’on me permet d’agir comme il se doit, mais que pour y arriver il n’y a pas de temps à perdre.

À moins que vous ne mettiez votre carrière sportive entre parenthèses, comment aller vous l’allier à votre nouveau rôle d’entraineur ?

Si j’ai accepté ce poste, c’est parce que nous nous sommes entendus sur le fait que je voulais continuer à monter en compétition. Il n’était pas question pour moi d’arrêter les concours et tout le monde a bien compris et d’ailleurs même pas demandé ! C’est faisable si l’on s’organise correctement. Les meilleurs cavaliers me suivront sur le circuit, variant entre les deux, trois, voire cinq étoiles. C’est aussi le meilleur moyen pour eux, comme pour tous ceux qui souhaitent accéder au plus haut niveau, de prendre de l’expérience. Il faut y aller et se frotter aux meilleurs pour pouvoir progresser.

Mon contrat stipule aussi une quinzaine de jours par mois au service de l’équipe, mais cela ne veut pas dire 15 jours de vacances au Maroc ! Il y aura des moments où moi j’irai là-bas et d’autres où je ferai venir des cavaliers à Bois le Roi.

L’espace Rozier va donc servir de camp de base?

Non; la base est et restera Rabat! Mais il ne faut pas oublier que l’essentiel des CSI se court en Europe. Une fois la mise en place d’hiver terminée, il y aura alors un véritable circuit européen à couvrir. Alors, autant revenir entre-deux à Bois le Roi. C’est une question de bon sens.

On sent chez vous un véritable engouement pour ce nouveau rôle, mais vous n’allez pas manquer de travail. Aurez-vous un adjoint pour vous épauler ?

Comme je l’ai évoqué au début de notre conversation, mon père est à l’origine de nos relations avec le Maroc. Il sera donc évidemment de la partie et j’en suis ravi. Il s’occupera plus en amont de la structuration, la logistique et l’organisation, mais il est aussi convenu qu’en cas d’imprévu ou de changement de calendrier dans mes épreuves, il prendra le relais au niveau de l’équipe. Il en sera le directeur sportif.

Puisque vous continuez les compétitions, quel sera le programme de fin d’année ?

Dans un premier temps, je passe encore une semaine à El-Jadida pour la 3e étape du Marocco Tour puis je reprendrai mes chevaux de tête pour le concours de Strazeele . Après se sera direction Equita’Lyon et le Gucci Master en décembre. Vous voyez il y a de quoi faire !


 

Propos recueillis par Christian GERHARD pour www.jumpinews.com

 

 

 

 

2 réflexions sur « Exclusif: Philippe Rozier signe pour deux ans. »

  1. Philippe Rozier étant depuis mon enfance, mon cavalier français préféré, j’espère vraiment que ses nouvelles fonctions ne l’écarteront pas des terrains de concours où je me déplace, entre autres, pour le voir monter !

  2. bravo philippe, tu as la chance d’avoir ton père ,un homme formidable
    fait tes armes ,ceci te fera une expérience extraordinaire pour accéder à terme au poste d’entraîneur de l’équipe de France
    je suis sùr de votre réussite

Les commentaires sont fermés.