CSIW Stuttgart: « Une grande victoire » pour Hans Dieter Dreher

Hansi au Top!

Le Grand Prix coupe du monde de Stuttgart fut une nouvelle fois à la hauteur de l’évènement. Un parcours sélectif avec des cotes aussi relevées que les forces en présence. Au final, c’est Hans Dieter Dreher qui s’impose en menant Embassy II sur le tracé parfait. Le Badois vient encore voler la victoire au suisse Steve Guerdat qui avait pourtant placé son fantastique Nino des Buissonnets en pole position. Dernier à s’élancer, Ludger Beerbaum aura joué le jeu, mais avec près d’une seconde et demie de plus que Dreher, il doit se contenter de la 3e place avec Chaman.

« Gagner ici, devant son public, c’est une grande victoire qui apporte du bonheur. C’est ce que j’aime le plus. Partager ces moments là… » nous confiait l’heureux gagnant avant de reprendre le chemin du retour vers le Gestüt Grenzland…

 

Steve Guerdat et Nino des Buissonnets. Un couple fantastique

 

Un barrage d’anthologie!

 

Des 39 cavaliers qualifiés pour ce Grand Prix, neuf se retrouvaient au barrage pour en découdre sur le tracé encore bien relevé de la chef de piste Christa Jung . Avec des pointures aussi redoutables que Steve Guerdat, Billy Twomey, Bosty ou encore Ludger Beerbaum, on s’attendait à du grand sport. Alors quand Hansi Dreher plaçait le chrono à une seconde de moins que Guerdat,le public ne manquait pas l’occasion pour ovationner le régional de l’étape.

Pourtant le couple olympique avait placé la barre au plus haut en tournant au plus court et en enlevant les foulées là ou ce fut possible. Cette fois-ci, on voyait bien le cavalier romand décrocher le titre à Stuttgart. Mais c’était sans compter sur l’audace d’Hansi Dreher…

En seul rescapé français pour le barrage,Bosty tentait le maximum, mais se ravisait un peu dans ses intentions après un dérapage de sa Myrtille qui lui occasionnait ensuite une faute sur un oxer. La fraicheur de la jument indique un retour en forme de la championne d’Europe, de bon augure pour aborder la saison hivernale.

Et la grande classe allemande…

Superbe prestation également de la part de Marcus Ehning qui vient glisser avec la plus grande habileté son jeune Cornado NRW à la 4e place. Ce bon fils de  Cornet Obolensky en aura impressionné plus d’un, tant par sa puissance que par sa souplesse. Des qualités que le génial allemand ne manquait pas de mettre en exergue , enfilant le barrage comme un orfèvre peut réunir des perles. La grande classe.

De la grande classe allemande qu’il est aussi bon de souligner pour le gagnant du jour. Par son efficacité, Hans Dieter Dreher prouvait une nouvelle fois que son talent allait de pair avec une technique hors du commun. –  » j’ai regardé le tour de Steve (Guerdat) depuis l’écran en entrée de piste. J’ai vu ou il était passé et je savais que pour gagner il fallait oser encore plus fort. J’ai réussi à tourner court surtout à l’obstacle Mercedes et je pense que c’est là que j’ai pris une seconde à Steve. Après j’ai croisé les doigts… Ça a tenu et je suis hyper heureux d’avoir gagné ici, devant mon public. Une victoire à Stuttgart c’est toujours quelque chose qui reste et j’avais plein de proches , de la famille et des amis, qui sont venus me soutenir. Cette victoire c’est aussi la leur… » soulignait Hansi d’un clin d’oeil malicieux en direction de la famille Brendling du fameux Gestüt Grenzland, base arrière d’Hansi Dreher.  

Des valeurs qui lui vaudront sans doute un regain d’intérêt au niveau des sélections dans la « mannschaft », d’autant qu’avec sa faculté pour trouver le tracé le plus juste, Dreher sait aussi aller très vite.

Embassy, l’atout gagnant.

Avec Magnus Roméo et Colore qui commence à briller sous sa selle depuis fin 2012,  Hans Dieter Dreher étoffe aussi son piquet avec de nouvelles recrues. Adel’s Cornet ( 7 ans par Cornet Obolensky) et Up Date ( 9ans par Colman) semblent être en bonne progression, mais aujourd’hui c’est avec son fidèle Embassy  II que le Badois prend les avant-postes.

Ce bon fils d’Escudo n’en est pas à sa première victoire et depuis celle dans le GP GL Events du Grand Palais en début d’année, le duo du Haras de Grenzland  s’est aussi imposé à Rotterdam, Ail la Chapelle ou encore Oslo. Tout récemment à Lyon , Embassy II prenait la seconde place du GP Merial et la 4e du GP French Tour .

 

Gagner à Stuttgart, c’est toujours un peu une victoire à part, ce qui rajoute de la superbe au palmarès de cet étalon dont les qualités athlétiques sont à la hauteur du modèle : Aussi chic que sportif.

Alliées au talent d’Hans Dieter Dreher, nul doute que ces qualités devraient encore faire merveille dans les prochains temps et l’on devrait retrouver le duo gagnant du jour pour le Rolex Grand Slam de Genève.

 

Les résultats du GP CSIW Stuttgart ICI

Le classement provisoire ICI.