Championnat d’Europe 2013

Des mots et des Maux…

Après la déception des résultats de la finale par équipe de jeudi soir, les français se sont retrouvés éblouis par le bonheur de la victoire de Bosty.

Bosty champion d’Europe et le voilà félicité, voir adulé de toutes parts.

Si j’en connais qui en ont même versé des larmes (et j’en suis) c’est que ce titre, Bosty est venu le décrocher alors que peu de ceux qui l’acclament aujourd’hui n’auraient misé sur lui la semaine dernière…

Le premier à y avoir cru est sans nul doute Philippe Guerdat qui, malgré les déboires avec Nippon d’Elle en Coupe des nations à Rome puis au GCT, maintenait Roger-Yves Bost au rang des sélectionnés pour Herning.

Un choix judicieux, pourtant souvent discuté par certains aficionados qui auraient préféré voir d’autres cavaliers comme Simon Delestre ou Pénélope Leprevost prendre part à ces championnats. Certes, à chacun ses préférés, reste que pour le coup, le nouveau sélectionneur des bleus ne s’est pas trompé.

Au niveau de l’équipe non plus d’ailleurs, car malgré certains dires, la France manque le podium pour un sans faute de moins au compteur.

Dans ce sport, comme dans bien d’autres, rien n’est écrit d’avance et si l’on peut avoir des regrets sur certains résultats, rien ne sert d’appeler « un désastre national », une contre performance sur un moment.

D’accord, nous sommes tous dessus des résultats de Kevin Staut et Silvana HDC que l’on attendait en bien meilleure posture. Mais la déception ne doit pas engendrer les rancoeurs et autres pseudo « analyses de spécialistes « que l’on a pu ou entendre ou  même lire en titre acerbe dans certains « grands journaux sportifs ».

Car quand on en arrive à écrire que- Kevin Staut plombe la France- (l’équipe), on se demande quand même s’il n’y a pas aussi derrière cela, une volonté d’attirer l’attention vers le nom de l’auteur…

En mettant le feu aux poudres, de tels écrits créés des polémiques qui n’ont franchement pas lieu d’être en de pareils moments.

Ou alors, cela relève d’une passion amoureuse cachée, d’une adulation exacerbée envers un cavalier au physique charmeur, mais dont la contre-performance sportive aura provoqué une frustration si profonde que les paroles auront dépassé les pensées.

Je ne sais pas trop pourquoi de telles réactions? 

Car quand on regarde du coté suisse, la frustration doit être encore plus grande aujourd’hui. La Suisse qui croyait (et à juste titre avec sa place de leader en coupes des nations) que son groupe pouvait faire un très bon championnat , se retrouve avec une 5e place par équipe et un couple olympique au 8e rang après un incompréhensible refus du fabuleux Nino des Buissonnets sous la selle du champion Steve Guerdat .

Malgré la déception, les helvètes ont salué les mérites des uns et des autres, dont la Bâloise Janika Sprunger et son Palloubet d’Halong, qui  auront confirmé tous les bons résultats de la saison et les meilleurs espoirs en vue des JEM de 2014.

 

 

Et que dire encore des britanniques, si ce n’est un grand « Bravo! ».

Bravo,pour les performances de William Funnel qui revenait en course après un tour catastrophe de son Billy Congo en sortant le lendemain le sans-faute manquant. Et Michael Whitaker qui maintenait le cap et au sommet avec son délicat Viking pour une 9e place au final.

Ben Maher et Scott Brash qui après l’or en équipe , prennent respectivement l’argent et le bronze en individuel.

Alors que Ben Maher menait les débats depuis le premier jour, il échoue pour une faute en finale avec sa grise Cella. Les anglais pourraient être bien amer d’avoir laissé passé le titre , mais là encore, point de jalousie, mais un réel fairplay en saluant le français victorieux et une approbation unanime quant au mérite de chacun.

Bravo encore à Rolf Göran Bengtsson qui n’aura pas manqué de combativité, restant en embuscade jusqu’au dernier tour pour conclure cette fois au pied du podium.

Fidèles à leurs habitudes, les allemands n’auront pas manqué de brio avec une médaille d’argent par équipe et un Daniel Deusser exceptionnel avec le jeune et non moins talentueux Cornet d’Amour,  5e  du classement général.

Un Daniel Deusser en résurrection depuis qu’il a rejoint les écuries belges de Stephan Conter, retrouvant ainsi les podiums des plus grands CSI tout en remportant le titre de champion d’Allemagne 2013 .

Déception pour le numéro 1 mondial, Christian Ahlmann qui termine à la 12e place avec Codex One. Là aussi d’autres auraient pu critiquer… Idem pour Carsten Otto Nagel auquel le sélectionneur  allemand avait fait appel en espérant qu’il apporte le maximum à l’équipe au vu de son expérience avec la fameuse Corradina. Mais  là non plus ça n’a pas marché et personne ne cri au scandale!

 Arrivé dans l’équipe sans trop le vouloir (suite aux défections de Philipp Weishaupt puis de Meredith Michaels Beerbaum) Ludger Beerbaum s’est à nouveau montré des plus performant avec sa jeune et délicate Chiarra.

Pour deux barres en finale (après trois parcours sans faute) il termine 6e de ces championnats.

Et l’on pourrait continué à saluer bien d’autres résultats dont par exemple ceux de l’italien Luca Maria Monetta, 10e avec le SF Neptune Brecourt, ou encore d’Athina Onassis De Miranda qui marque une réelle progression en prenant la 14e place avec AD Camille Z.

Côté français, la sublime victoire de Bosty éclipse les bonnes prestations des nouveaux venus, Aymeric De Ponnat et Armitages Boy. Si depuis mardi les parcours étaient vraiment impressionnants de qualité, ils n’avaient jusqu’alors pas réussi à finir un tour sans faute. Avec une erreur de jeunesse par-ci, deux ruades par là ou une autre touchette malheureuse, il fallut attendre l’ultime tour pour voir enfin le sans-faute tant attendu. Mais là encore, Philippe Guerdat ne s’était pas trompé en sélectionnant un couple des plus prometteurs .

Paradoxalement, Patrice Delaveau et Orient Express HDC terminent  loin des espérances. Comme Steve Guerdat pour la suisse, le cavalier normand était sans doute l’un des meilleurs espoirs de médaille pour la France. Mais avec un seul sans-faute sur les cinq parcours, le compte n’y est pas.

Après un premier jour de chasse prometteur, il y eut un manque de réussite sur un tour, un  pied dans l’eau sur un autre et quelques maladresses pour finir un peu à bout de souffle à la 13e place d’un championnat auxquels nous nous attendions à les voir bien plus en avant. Mais c’est ainsi, à chaque concours il y a des surprises, dans un sens comme dans l’autre. 

Quant à Kevin Staut, sa contre-performance ne doit pas faire oublier la valeur du champion qu’il est. Mais nous en reparlerons plus en détail dans un article à venir…

Alors,après avoir accusé le coup, Kevin est passé du côté des premiers supporters, présent avec toute l’équipe pour encourager Bosty jusqu’à la victoire.

 

 

Avec des championnats d’Europe aux résultats tellement serrés, tout cela s’est joué d’un rien, prouvant si besoin était, le très haut niveau des forces en présence.

La victoire de Bosty n’en est que plus belle et le mérite revient au vainqueur, mais nul doute que les déçus du moment retrouveront d’autres podiums à venir.

Et que vive le sport!

C.G.

 

Une réflexion sur « Championnat d’Europe 2013 »

  1. voilà magnifique roger Yves Bost c’est super pour lui il a réussi à être le meilleur avec énormément de courage un grand champion avec ça jument

Les commentaires sont fermés.